Vous aimerez
  • Une approche itinérante et approfondie de la Mongolie, avec partout un confort maximum !
  • Rencontrer les citadins mondialisés d’Oulan-Bator et les éleveurs de la steppe
  • Sortie équestre ou à dos de chameau, vieux monastères, chevaux de Przewalski, déjà prévu !
  • Wifi nomade, appli smartphone, accompagnateur privé francophone, les plus Voyageurs

Contactez un spécialiste Mongolie 01 83 64 79 26

La Mongolie à grands guides

La yourte mongole est une merveille d’adaptation aux conditions de vie dans la steppe. Si elle a pu s’ajuster si bien aux rigueurs du climat, nul doute qu’elle pouvait le faire au vent du progrès. Démonstration au cours de ce voyage : le confort est au rendez-vous de la steppe. On commence tout de même par la capitale, Oulan-Bator, qui donne le tempo à la Mongolie d’aujourd’hui. Ensuite, direction la vallée de l’Orkhon, inscrite avec ses monuments au patrimoine mondial de l’Unesco. Elle est le berceau des Gengiskhanides. On passe à Kharkhorin, poussée à côte de l’ancienne Karakorum, élevée à la dignité de ville impériale par le khan Ögödei, en 1235.
D’importants monastères invitent les voyageurs à remonter le temps jusqu’aux XVIe-XVIIe siècles, qui ont vu le bouddhisme tibétain subjuguer les éleveurs nomades. Après cela, trois parcs nationaux : Khögnö Khan, Khustain Nuruu et Gorkhi-Terelj. On y enfourche chameaux et chevaux, on se laisse porter. En petite bande, on réalise ce que signifie un itinéraire humain dans une nature souveraine. Des chevreuils détalent ; des grues demoiselles passent haut, formation en V ; les gazelles de Mongolie entourent étroitement leurs petits ; les chevaux de Przewalski retrouvent le goût des espaces libres. On fait comme eux. Et ce n’est pas le moindre luxe du séjour.

Votre voyage

Des yourtes, donc. Certains camps, comme celui de Kharkhorin, sont simples, d’autres, celui de Khustain Nuruu, en particulier, répondent à la question haut de gamme. Ce sont les différents aspects du feutre mais, à chaque étape, les aménagements répondent aux exigences d’un accueil de bon niveau. Les conditions sanitaires sont partout sans reproche et les voyageurs disposent de ce dont ils ont besoin pour se sentir à l’aise. Et même d’un peu plus. En cuisine, les chefs savent parfaitement doser saveurs mongoles et recettes internationales. Les hôtels d’Oulan-Bator et Gorkhi-Terelj sont de très bon standard international. Bref, on peut s’occuper de soi pendant tout le voyage. Les déplacements, jamais interminables, se font en 4x4 particulier, avec un chauffeur et un guide francophone. Ce dernier accompagnant aussi les visites inscrites à votre agenda. Elles ont été sélectionnées pour vous donner de la vie mongole la vision la plus large possible. Les randonnées équestre et chamelière étaient d’évidence et se devaient d’être bien organisées. Si, en chemin, un désir non prévu, ou un contretemps, survenait, vous disposez pour vous aider à y répondre des coordonnées de notre concierge sur place : l’inattendu est son domaine.

Itinéraire

Suggestion 100% personnalisable selon vos envies
JOUR 1

Vol pour Oulan-Bator (via Moscou)

Nuit à bord, arrivée le lendemain.

JOUR 2

Oulan-Bator

Transfert privé à votre hôtel, en compagnie d'un guide francophone, pour un premier contact avec la ville. Dans le quartier central de Sükhbaatar, le building est l’un des plus contemporains à occuper le ciel d’Oulan-Bator. Dès le lobby, on constate qu’un certain décorum bon chic bon genre règne. Pur classicisme international, à la surface duquel jouent des références mongoles. Les chambres sont grandes et plaisantes ; la vôtre est disponible dès votre arrivée matinale. De larges baies les ouvrent sur la ville. Trois restaurants principaux : le premier est multipolaire et fusion, le deuxième est doté d’une belle terrasse à pergola et le troisième rôtit le meilleur canard laqué in town. Pour se refaire une santé après le vol, on dispose d’une piscine intérieure, où nager vraiment ; d’une salle de sport, d’un sauna et d’un bain de vapeur. Au bar à vodka, on passe en revue la pléthorique production nationale. Pour le reste de la journée, une voiture privée avec chauffeur et accompagnateur francophone est à votre disposition.
Au programme - La visite privée d’Oulan-Bator. La capitale mongole est marquée par l’architecture soviétique, ce qui ne doit pas effrayer. En compagnie de l'accompagnateur, on y découvre beaucoup de choses intéressantes. Parmi lesquelles, le monastère Gandan. Fondé au début du XIXe siècle, il abrite une statue monumentale, dorée à la feuille, du bodhisattva de compassion Avalokiteshvara. Ou le musée national de Mongolie, qui documente l’histoire et la civilisation mongoles depuis les origines. La section ethnographique restitue, à travers de nombreux objets, une vie nomade en cours de résorption. Visite également du monastère de Choijin Lama, dédié à Choijin Lama Luvsankhaidav, frère du huitième chef bouddhiste et dont le musée présente notamment des masques brodés de coraux pour la cérémonie de la danse Tsam, des statues de dieux en bronze, ainsi que des tankas de soie et de nombreux autres objets.
En option - Le Naadam, 11 et 12 juillet.

JOUR 3

Oulan-Bator - Kharkhorin

Prise de contact avec vos chauffeur et accompagnateur francophone pour les dix prochains jours, et route pour Kharkhorin. Installation pour deux nuits un peu en dehors du village, dans un camp abritant des yourtes plutôt basiques des chalets sur pilotis avec salle de bain privée - c'est dans l'un d'entre eux que vous posez vos valises. Dans l’ensemble, le confort est nominal, mais suffisant. Il y a l’électricité, des douches chaudes, des connexions. Bref, on est dans la nature, mais pas dans le vide. On s’ajuste à la vie de camp : on entre du pied droit dans sa demeure et on range ses affaires comme de vieux nomades. Le chef et son équipe mitonnent une cuisine des familles, qui fournit toute l’énergie nécessaire à la journée.

JOUR 4

Kharkhorin

Au programme - La visite privée du monastère Erdene Zuu. En compagnie de son accompagnateur, on se rend dans le plus vieil établissement bouddhiste Gelugpa (école scripturaire, bonnet jaune) du pays : le bouddhisme des steppes est dans la dépendance du celui des neiges. Fondé au XVIe siècle, le monastère a beaucoup souffert pendant la période communiste. En partie détruit, désaffecté, un temps muséifié, il a été rendu aux lamas après la chute de l’Union soviétique. Les temples anciens, de style chinois, et le mur d’enceinte aux 108 stûpas témoignent de l’insubmersibilité d’une foi. Les deux tortues de pierre que l’on trouve dans les environs marquaient, avec deux autres, les limites de la première capitale des Gengiskhanides, Karakorum (XIIIe siècle). Le musée de Kharkhorin présente d’ailleurs une maquette de la ville disparue, dont les collections rappellent la grandeur et le prestige culturel et politique. Ce sont les guerres de succession et le déménagement de Kubilaï Khan à Pékin qui ont scellé le déclin de Karakorum.
En option - Déjeuner chez une famille mongole et balade à cheval.

JOUR 5

Karkhorin - Vallée de l’Orkhon

La route continue dans la vallée de l’Orkhon. A l’horizon, la succession des longues collines semble répondre au moutonnement des nuages dans le ciel. Installation pour deux nuits dans un camp de yourtes. Les intérieurs ont beaucoup d’allure. Les literies soyeuses inciteraient à la paresse. Les installations sanitaires sont tout à fait convenables. Et ce confort n’est pas tapageur ; il sait avoir une sobriété respectueuse du grand cadre de nature. Lorsque le temps est clair, la nuit a quelque chose de féérique ; avec un télescope, on dégage un peu d’ordre dans cet énorme fourmillement.
Déjà prévue - La visite privée du monastère de Shankh. Ce monastère, fondé au XVIIe siècle, appartient lui aussi à l’école Gelugpa. Son temple principal est distingué par sept mandalas kalachakra - le tantra de kalachakra, de la roue temporelle, tient une grande place dans l’enseignement des bonnets jaunes.

JOUR 6

Vallée de l’Orkhon

Au programme - Comme Shankh, le monastère Tövkhön a été fondé par Zanabazar, le premier leader bouddhiste des Mongols Khalkhans. Il est établi sur la colline Shireet Ulaan et domine la vallée de l’Orkhon. A l’instar d’Erdene Zuu et Shankh, il retrouve progressivement une activité religieuse après le difficile intermède soviétique. La rivière Ulaan Tsutgalan se jette littéralement dans l’Orkhon, de seize mètres de haut. Ces sont les chutes de l’Orkhon. Si le débit peut être nul au printemps, il est abondant et bouillonnant en été. On y va prendre un coup de frais, écouter le bruit de l’eau, c’est une jolie promenade. L’Orkhon est poissonneuse, on y rencontre des brochets, des carpes, des perches et le taïmen de Sibérie, un salmonidé puissant que les pêcheurs à la mouche chassent en catch-and-release.

JOUR 7

Vallée de l’Orkhon - Khögnö Khan

Route pour le parc de Khögnö Khan et installation pour la nuit dans un camp de yourtes. Sous le feutre blanc, si quelques aménagements ont été consentis, les logements demeurent tout à fait traditionnels. Belle literie encore ; mobilier peint, dans les rouges ; petit poêle ; coin toilette, où on se lave avec des serviettes chaudes à l’huile essentielle de pin. Une atmosphère que l’on n’oubliera pas de sitôt. A la salle à manger, sous des formes variées, agneau et mouton sont rois, et ont une cour nombreuse de salades. Avec ça, une cave étonnante de vins français. Tout est fait pour limiter, dans la mesure du possible, l’impact du camp sur l’environnement et lui conserver une dignité nomade.
Au programme - Méharée dans le Petit Gobi. Ce que le dromadaire est aux déserts d’Afrique et l’Arabie, le chameau de Bactriane l’est aux déserts d’Asie : un camion. La route de la soie, c’est lui. Hirsute, sobre, une légende. Eh bien, on s’assied dessus, entre les deux bosses, et on se laisse transporter parmi les genévriers qui embaument. Sous l’allure de père peinard, on sent la puissance. On pourrait croire que les bosses sont pour empêcher de tomber ; mais on sait que ce sont surtout des pots à graisse. Cet animal a plein de particularités qui lui permettent de supporter des conditions extrêmes, ce qui en a fait l’instrument du grand commerce pendant plusieurs millénaires. Aujourd’hui, il est un peu retraité mais, comme souvent les vieux de la vieille, il évoque avec pittoresque un glorieux passé.

JOUR 8

Khögnö Khan - Khustain Nuruu

Route pour le parc national Khustain Nuruu. Nuit dans un camp de standing. Les yourtes ont été aménagées pour répondre aux standards de la meilleure hôtellerie. Elles sont spacieuses, décorées dans un esprit mongol contemporain du plus bel effet, avec écrans de soie et mobilier de bois poli. Le confort est plus sophistiqué que dans les camps précédents. Une autre façon d’envisager les choses. La vue sur le parc national est splendide. Restaurant français ; et l’on se trouve surpris de déguster un velouté de courge alors qu’un vautour moine tourne dans un ciel immense.
Déjà prévu au programme - A la rencontre des chevaux de Przewalski. Bien sûr, la réintroduction en cours d’Equus przewalskii, repéré au XIXe siècle en Dzoungarie par Nikolaj Przewalski, fait espérer voir dans la nature ces chevaux trapus qui n’existèrent plus, longtemps, que dans des zoos. C’est le but de la sortie. Chemin faisant, toutefois, on observe la grande outarde, le faucon de l’Amour, la cigogne noire, la marmotte de Sibérie, le cerf, le chevreuil. On fait s’envoler des perdrix de Daourie et sauter vingt-neuf espèces de sauterelles… Ce qui n’est pas rien et découvre la richesse faunistique d’étendues qui ne sont vides qu’en apparence.

JOUR 9

Khustain Nuruu - Gorkhi-Terelj

Route pour le parc national Gorkhi-Terelj. Installation pour deux nuits à l’entrée du parc, dans un hôtel caractéristique du luxe nord-oriental. L’influence russe, pétersbourgeoise, est forte, tant sur les motifs rococo que sur l’esprit : un peu trop de tout, voilà l’idée. Du coup, on est un personnage dans un décor de conte. Les chambres sont ultra confortables ; on a le choix de ses oreillers. Trois restaurants, un café, un bar, des salons. On passe du thé au lait salé à l’afternoon tea dans les règles. Dans les salles à manger, les tables sont dressées avec une méticulosité géométrique. Le spa est à l’avenant, glamour, pro. La piscine intérieure, avec ses galeries à colonnes, évoque les villes d’eau Belle Epoque. C’est assez épatant !

JOUR 10

Gorkhi-Terelj

Au programme - Le parc Gorkhi-Terelj à cheval. Le paysage du parc est mouvementé, avec de spectaculaires formations rocheuses. La steppe forestière domine. Les mélèzes offrent un abri aux élans et aux ours. Ce serait une bonne surprise d’en croiser, mais on verra plus sûrement des yaks et des chevaux. Il n’est pas nécessaire d’être grand jockey pour se joindre à la sortie, on va d’un pas paisible. D’autant que la singularité de la monte mongole risque de surprendre les cavaliers européens chevronnés. Les accompagnateurs savent tout cela et sont attentifs et de bon conseil. En chemin, on passe devant des ovoo, amas de pierres matérialisant des points de rencontre entre le monde des hommes et celui des esprits.

JOUR 11

Gorkhi-Terelj - vol retour

Transfert à l’aéroport d’Oulan Bator et vol retour.

A la carte

Barbecue mongol et balade à cheval

Jaaya et Altaa sont un couple d'éleveurs installés à une vingtaine de km de Kharkhorin, dans des yourtes traditionnelles qui accueillent les voyageurs de passage chez eux. Vous faites leur connaissance le temps d'un repas typiquement mongole, le plus souvent un barbecue sur lequel on fait cuire à l'étouffé viande et légumes. Ensuite, tout le monde en selle pour une balade à cheval à la découverte des steppes environnantes.
En option

Le Naadam

Les 11 et 12 juillet, à l’occasion de la fête de l’Indépendance, les sports mongols sont à l’honneur. Les chevaux, montés par des jeunes gens, et même des demoiselles, se mesurent sur des distances qui vont de quinze à trente kilomètres. Ce sont des hommes seulement, et costauds, qui prennent part au tournois de lutte. Il s’agit de faire toucher le sol à son adversaire, par une autre partie du corps que les pieds et les mains. Hommes et femmes participent ensemble au concours de tir à l’arc. Les premiers à soixante-quinze mètres des cibles, les secondes à soixante-cinq mètres. Les costumes traditionnels sont de sortie et l’atmosphère enfiévrée. Deux journées à grand spectacle.
En option

Budget estimé

Selon saison, types d'hébergements et activités
Le budget estimé pour ce voyage est de 4500€ à 5500€/personne.

Parler de prix fixe lorsque l'on évoque un voyage sur mesure a peu de sens. En effet, celui-ci varie suivant de nombreux facteurs (niveau de prestations, période, délai de réservation et bien d'autres encore). Le seul prix exact sera celui de votre devis personnalisé.

Le prix moyen constaté pour ce voyage est de 4800€/personne.
  • Le vol aller-retour pour Oulan-Bator sur compagnie régulière
  • Les taxes aériennes et surcharge carburant
  • La neutralité carbone intégrale par absorption des émissions de co2 de votre voyage (par le biais de notre Fondation Insolite Bâtisseur Philippe Romero)
  • Les transferts privés mentionnés au programm
  • A Oulan-Bator, la mise à disposition pour 1 journée d’une voiture particulière, avec un chauffeur et un guide francophone
  • La location pour 8 jours d’un 4x4 particulier, avec un chauffeur et un guide francophone
  • La nuit à Oulan-Bator, en chambre double (disponible dès votre arrivée matinale) et petits déjeuners inclus
  • Les 2 nuits à Kharkhorin, en chalet sur pilotis double, pension complète incluse
  • Les 2 nuits dans la vallée de l’Orkhon, en yourte, pension complète incluse
  • La nuit à Khögnö Khan, en yourte, pension complète inclus
  • La nuit à Khustain Nuruu, en yourte, pension complète incluse
  • Les 2 nuits à Gorkhi-Trelj, en chambre double et petits déjeuners inclus
  • La journée de visite privée d’Oulan-Bator
  • La visite privée des monastères de Erdene Zuu, Shankh et Tövkhön
  • La visite privée du musée de Kharkhorin
  • La découverte des chutes de l’Orkhon
  • Une méharée dans le Petit Gobi
  • La rencontre des chevaux de Przewalski dans le parc national Khustain Nuruu
  • La balade à cheval dans le parc Gorkhi-Terelj
  • Le visa mongol
  • Notre service conciergerie sur place
  • Le wifi gratuit pendant votre voyage : un mini routeur international remis avant le départ, permettant de connecter jusqu'à 5 terminaux simultanément
  • Un service de navigation GPS accessible depuis l'application Voyageurs du Monde, chargé avec votre parcours, les coordonnées de vos hôtels et bonnes adresses
  • Réf: 1517785
    Découvrez tous les services qui vous accompagnent pendant votre voyage.
    Nos experts à votre écoute
    Contactez nos conseillers specialistes pour créer votre voyage sur mesure
    Contactez un spécialiste de la Mongolie