Vous aimerez
  • Aller à la rencontre de sites naturels et culturels majeurs, vous essayer à la liberté nomade
  • La vie sous la yourte, l’atmosphère des campements, le khorkhog, barbecue mongol
  • Balade à dos de chameau, vélo dans le désert, chevaux de Przewalski, monastères : c’est prévu !
  • Visa, guide francophone, routeur wifi, appli smartphone avec GPS : les plus Voyageurs

Contactez un spécialiste Mongolie 01 83 64 79 26

Itinéraire en Mongolie

Oulan-Bator est le centre sans cesse augmentant du pays. On s’y pose donc naturellement. Et on passe une journée à en évaluer l’héritage et les perspectives. Le futur du pays se décide ici. Ensuite, d’un coup d’aile, vous rejoignez le sud et le parc national Gobi Gurvan Saïkhan. Dans le voisinage des dunes de Khongor, en premier lieu. Une mer de sable aux vagues gigantesques, qui réserve au voyageur des expériences acoustiques et chromatiques inoubliables. Puis dans la partie orientale du parc, où se trouve, par exemple, le canyon de Yol, qui doit son nom au splendide gypaète barbu. Le désert de Gobi s’avère varié dans ses aspects, sa faune et sa flore. Le chameau et le nomadisme, à cheval ou à moteur, y ont encore droit de libre circulation. Via le monastère d’Ongi, votre
route remonte ensuite au nord, vers Kharkhorin et la vallée de la rivière Orkhon. L’ancienne Karakorum, première capitale mongole fondée par le khagan Ögedeï, fut l’une des grandes métropoles du XIIIe siècle, cosmopolite et ouverte à la modernité du temps. Dans l’orbite du Tibet, le bouddhisme a eu dans la région de l’Orkhon des monastères puissants. Après un XXe siècle ravageur, la vie religieuse reprend irrésistiblement. Les deux dernières étapes inclinent vers Oulan-Bator. Monachisme bouddhique à nouveau dans le parc Khögnö Khan et chevaux de Przewalski en liberté dans la réserve de biosphère Khustain Nuruu. Tout cela de ger en ger, d’une yourte à l’autre.

Votre voyage

Un hôtel fort convenable à Oulan-Bator, avant toute la série des yourtes, allant de la catégorie améliorée à la plus élémentaire. En dehors du montage et du démontage, vous aurez acquis une bonne expérience de l’habitat en feutre. Et vous apprendrez par la pratique que, même simple, une yourte assure un certain confort. D’autant que vos hôtes ne se font pas faute, par exemple, d’alimenter votre poêle au cours de la nuit. Votre intimité est partout assurée. Les installations sanitaires suffisent toujours à l’essentiel. En un mot comme en cent : vous voyagez dans les conditions de la steppe. Pour le vivre, vos hôtes savent généralement cuisiner des plats à l’occidentale, mais la cuisine mongole, pour laquelle on optera de préférence, se révèle étonnamment savoureuse et abordable par un système digestif allogène. Côté déplacements, une voiture avec chauffeur dans la capitale et, pour le reste du voyage, liaison aérienne mise à part, un 4x4, avec chauffeur, bien sûr. Un accompagnateur francophone vous suit dans votre périple. Là encore, les données du trafic ne se comparent pas avec celles de l’Europe, mais les liaisons s’effectuent d’une façon tout à fait soutenable. Nous avons inscrit à votre agenda un certain nombre de visites et de rendez-vous. Des monastères bouddhiques d’abord, second motif architectural mongol après la yourte, et repère culturel important. Une randonnée chamelière dans les dunes de Khongor, une sortie dans le Gobi à vélo, une approche des chevaux de Przewalski dans le parc Khustain Nuruu. Et, un peu partout, vous côtoyez une vie nomade qui résiste vaillamment à l’assimilation urbaine. Si, chemin faisant, quelque chose manquait, ou un contretemps survenait, vous disposez, pour vous aider à régler la question, des coordonnées de notre service de conciergerie sur place.

Itinéraire

Suggestion 100% personnalisable selon vos envies
JOUR 1

Vol pour Oulan-Bator

Nuit à bord, arrivée le lendemain.

JOUR 2

Oulan-Bator

Transfert et Installation à l’hôtel, dans l’arrondissement central de Sükhbaatar. Avant la série des yourtes, un établissement moderne, aligné sur l’esthétique internationale (que la décoration souligne de discrets motifs mongols). Les chambres marquent de l’élégance ; elles sont bien équipées et confortables. Au restaurant, cuisine khalkha d’aujourd’hui - excellente manière d’aborder la question. Focus vin pour l’un des deux bars, l’autre invitant aux cocktails et à la production brassicole nationale.
Déjà prévu au programme - Musée et monastères de la capitale, en privé. La capitale mongole est marquée par l’architecture soviétique, ce qui ne doit pas effrayer. En compagnie d’un guide francophone, on y découvre beaucoup de choses intéressantes. Parmi lesquelles, le monastère Gandan. Fondé au début du XIXe siècle, il abrite une statue monumentale, dorée à la feuille, du bodhisattva de compassion Avalokiteshvara. Ou le musée national de Mongolie, qui documente l’histoire et la civilisation mongoles depuis les origines. La section ethnographique restitue, à travers de nombreux objets, une vie nomade en cours de résorption. Tumen-Ekh est un ensemble de musique et de danse traditionnel de grande valeur. Le line up compte de nombreux artistes éminents. De la vièle tête de cheval à la guimbarde, en passant par la cithare et le dulcimer, le spectacle révèle un art vigoureux et virtuose.

JOUR 3

Oulan-Bator - Dalanzadgad - Khongoriin Els

Transfert à l’aéroport et vol pour Dalanzadgad, province méridionale d’Ömnögovi. Prise de contact avec le chauffeur et l’accompagnateur francophone. Route pour les dunes de Khongor, formation fameuse du parc national Gobi Gurvan Saïkhan. Installation pour deux nuits en vue du site, dans un camp de yourtes. L'aménagement traditionnel de votre ger a été adapté à vos besoins d’Occidental itinérant. Certains logements ont une salle d'eau particulière, d'autres non (dans ce cas, accès à la salle de douche commune). Le vôtre appartient à la première catégorie. Repas simples, mais très corrects. Des randonnées chamelières dans les dunes au tir à l'arc, les activités possibles illustrent les traditions mongoles.

JOUR 4

Khongoriin Els

Déjà prévu au programme - Les dunes de Khongor à dos de chameau. Le vent reconfigure sans cesse le champ dunaire. Et le déplacement incessant de ces immenses tas de sable produit des sons qui ont valu aux dunes, dont certaines ont 300 mètres de haut, l’épithète de chantantes. Aux diverses heures du jour, le soleil les pare de couleurs changeantes. Un spectacle son et lumière donc, à la rencontre duquel on va une heure et demie, juché entre les deux bosses d’un chameau de Bactriane. Le pas lent de la monture vous permet de profiter du paysage et de mesurer la patience qu’il fallait aux caravaniers à la grande époque de la route de la soie, mais chi va piano va sano e va lontano. Le temps et l’espace ont ici quelque chose d’indéfini. Camelus bactrianus est au petit cheval mongol, ce que le camion est au cabriolet.

JOUR 5

Khongoriin Els - Parc Gobi Gurvan Saïkhan

Route pour l’est du parc Gobi Gurvan Saïkhan. Installation pour deux nuits dans camp bien agencé. Les propriétaires tirant profit d’une solide expérience dans le tourisme et affichant des convictions bien ancrées : responsabilité d’un point de vue environnemental et social - vivre et travailler au Gobi. La yourte, dans laquelle on entre pied droit, offre de bonnes conditions de séjour. Une literie douillette notamment. Les installations sanitaires à partager sont tout à fait convenables. On prend ses repas à la yourte-mess. Le chef fait avec des ingrédients frais du coin de quoi sustenter et conforter ses convives. Un service de massages rend aux organismes fatigués par les visites tout leur tonus.

JOUR 6

Parc Gobi Gurvan Saïkhan

Les chances de rencontrer l’once ou l’argali sont minces, même si l’une, la panthère des neiges, et l’autre, un mouflon, se trouvent dans le parc. Peut-être plutôt, des pikas, petits cousins des lièvres et des lapins, le renard commun ou la gracieuse gazelle à goitre. En revanche, les oiseaux s’observent nombreux : perdrix de Daourie, traquet du désert, faucon sacre, buse féroce, gypaète barbu - dans le canyon de Yol - etc.
Déjà prévu au programme - Le désert de Gobi à vélo. Le Gobi est l’un des plus vastes déserts du monde. En deux heures et demie à VTT, on ne fait bien sûr qu’en effleurer la frange nord. Toutefois, en plus des agréments de la randonnée, cette sortie vous révèle une variété de paysages que l’on ne soupçonne généralement pas. Après les dunes des jours précédents, voici des plateaux steppiques et des montagnes. L’accompagnateur francophone veille au bon déroulement des opérations.

JOUR 7

Parc Gobi Gurvan Saïkhan - Monastère d’Ongi

Route pour le monastère d’Ongi. Cette ville monastique, qui a été l’un des plus puissants centres bouddhiques de Mongolie, témoigne aujourd’hui d’un épisode malheureux de vandalisme idéologique : en 1939, les autorités communistes ont dispersé les moines et détruit les édifices. Au cours des années 90, quelques moines ont repris pied dans le champ de ruines et relevé un temple, avec l’espoir de ressusciter ce sanctuaire majeur. Nuit dans un camp de yourtes tout proche. Votre particulier y est simple. Les installations sanitaires bénéficient d’un entretien méticuleux. Pour le restaurant et le bar, plus de feutre mais de la pierre et du bois : un grand bâtiment évoquant l’architecture chinoise traditionnelle. La cuisine qui s’y sert, mongole et internationale, satisfait aux critères reconnus de qualité.

JOUR 8

Monastère d’Ongi - Kharkhorin

Route pour Kharkhorin. Installation pour deux nuits dans ce qu’on pourrait appeler la yourte d’ami du campement. Modeste par la taille d’ailleurs celui-ci, mais plein de vie et d’authenticité. Trois yourtes : la première héberge vos hôtes, la deuxième leur sert de garde-manger et la troisième donc vous accueille. Alors que la température chute à l’extérieur, vous appréciez la chaleur du poêle à bois. On partage le lait de jument fermenté. Puis, monsieur prépare le khorkhog, le barbecue mongol. Cela n’a rien à voir avec ce qu’on appelle ainsi dans les restaurants asiatiques, et pas grand-chose avec un barbecue. Viande et légumes sont déposés, avec des pierres chaudes et de l’eau, dans une marmite ou un bidon à lait. Le récipient est ensuite hermétiquement clos et mis sur le feu. Les ingrédients cuisent à l’étouffée, et le résultat est succulent ! On déguste d’ailleurs en compagnie des gens du coin, par l’odeur alléchés. Belle occasion de convivialité mongole et de vodka. Pour la chance, on recommande de frotter dans ses mains les pierres retirées de la cuisson.

JOUR 9

Kharkhorin

Déjà prévu au programme - Visite privée du monastère Erdene Zuu. En compagnie de l’accompagnateur, on se rend dans le plus vieux monastère bouddhiste Gelugpa du pays (école scripturaire, bonnet jaune, comme dans Tintin au Tibet : le bouddhisme des steppes se trouve dans la dépendance du celui des neiges). Fondé au XVIe siècle, il a beaucoup souffert pendant la période communiste. En partie détruit, désaffecté, un temps muséifié, les lamas l’ont récupéré après la chute de l’Union soviétique. Les temples anciens, de style chinois, et le mur d’enceinte aux 108 stûpas sont inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. Le musée de Kharkhorin, dont les collections rappellent la grandeur et le prestige culturel et politique de Karakorum, présente une maquette de la ville disparue. Ce sont les guerres de succession et le déménagement de Kubilaï Khan à Pékin qui en ont précipité le déclin.

JOUR 10

Kharkhorin - Vallée de l’Orkhon

Route pour la vallée de l’Orkhon. Installation pour deux nuits sous la yourte au bord de la rivière. Le confort est nominal. Paradoxe de la vie dans la steppe, on a le Wi-Fi mais pas de douche (et les toilettes sont au fond du jardin). Ce côté spartiate ne gâche rien cependant. On a même l’impression de toucher au pays qui ne vous attend pas mais qui vous accueille, avec générosité : mouton, fromage de yak, beignets, beurre, yaourt, lait de jument fermenté. L’hospitalité mongole ne s’exprime jamais mieux qu’au milieu de la plus parfaite simplicité. Autour de la yourte d’hôtes, les activités d’élevage vont leur train.

JOUR 11

Vallée de l’Orkhon

Déjà prévu au programme - Le monastère de Shankh en privé. Ce monastère, fondé au XVIIe siècle, appartient lui aussi à l’école Gelugpa. Son temple principal est distingué par sept mandalas kalachakra - le tantra de kalachakra, de la roue temporelle, tient une grande place dans l’enseignement des bonnets jaunes. Comme le précédent, le monastère Tövkhön a pour fondateur Zanabazar, 1635-1723, le premier leader bouddhiste - et Gelugpa - des Mongols Khalkhas. Il est établi sur la colline Shireet Ulaan et domine la vallée de l’Orkhon. A l’instar d’Erdene Zuu et Shankh, il retrouve progressivement une activité religieuse après le difficile intermède soviétique.

JOUR 12

Vallée de l’Orkhon - Parc Khögnö Khan

Route pour le parc Khögnö Khan. Nuit dans un petit camp très simple et isolé. Dont votre expérience de la vie sous la yourte vous permet d’apprécier l’atmosphère et le cachet nomade.
Déjà prévu au programme - Le monastère d’Övgön en privé. En poursuivant sur le chemin, un peu au-delà du monastère Erdene Khambiin Khiid, fondé au XVIIe siècle par l’infatigable Zanabazar, on trouve Övgön. Ecartés, dans une nature au compas largement ouvert, ces vestiges suggèrent de calmes méditations sur le Dharma. Pourtant, la violence politique a accompagné depuis le commencement la vie des cénobites de ces lieux.

JOUR 13

Parc Khögnö Khan - Parc Khustain Nuruu

Route pour le parc Khustain Nuruu. Dernière nuit sous la yourte, dans un camp géré par le parc. Votre logement procure les conditions auxquelles vous êtes désormais habitué et une décoration pimpante. Salle d’eau partagée. Les repas sont pris dans un bâtiment en dur.
Déjà prévu au programme - A la rencontre des chevaux de Przewalski. Bien sûr, la réintroduction en cours d’Equus przewalskii, repéré au XIXe siècle en Dzoungarie par Nikolaj Przewalski, fait espérer voir dans la nature ces chevaux qui n’existèrent plus, longtemps, que dans des zoos. C’est le but de la sortie. Chemin faisant, toutefois, on observe la grande outarde, le faucon de l’Amour, la cigogne noire, la marmotte de Sibérie, le cerf, le chevreuil. On fait s’envoler des perdrix de Daourie et sauter vingt-neuf espèces de sauterelles… Ce qui n’est pas rien et découvre une fois encore la richesse faunistique d’étendues qui ne sont vides qu’en apparence.

JOUR 14

Parc Khustain Nuruu - Oulan-Bator

Route pour l’aéroport d’Oulan-Bator et vol de retour.

Budget estimé

Selon saison, types d'hébergements et activités
Le budget estimé pour ce voyage est de 5100€ à 6400€/personne.

Parler de prix fixe lorsque l'on évoque un voyage sur mesure a peu de sens. En effet, celui-ci varie suivant de nombreux facteurs (niveau de prestations, période, délai de réservation et bien d'autres encore). Le seul prix exact sera celui de votre devis personnalisé.

Le prix moyen constaté pour ce voyage est de 5500€/personne.
  • Le vol aller et retour pour Oulan-Bator via Moscou, sur compagnie régulière
  • Les taxes aériennes et surcharge carburant
  • Le vol Oulan-Bator / Dalanzadgad
  • Les transferts, privés
  • Le visa mongol
  • Une voiture privée avec chauffeur et un accompagnateur francophone, pour visiter Oulan-Bator, 1 journée
  • Un 4x4 avec chauffeur et un accompagnateur francophone, 11 jours
  • La nuit à Oulan-Bator, en chambre double, avec petit déjeuner
  • Les 2 nuits à Khongoriin Els, en yourte double, pension complète
  • Les 2 nuits dans le parc Gobi Gurvan Saïkhan, en yourte double, pension complète
  • La nuit au monastère d’Ongi, en yourte double, pension complète
  • Les 2 nuits à Kharkhorin, en yourte double, pension complète
  • Les 2 nuits dans la vallée de l’Orkhon, en yourte double, pension complète
  • La nuit dans le parc Khögnö Khan, en yourte double, pension complète
  • La nuit dans le parc Khustain Nuruu, en yourte double, pension complète
  • Oulan-Bator - musée et monastères de la capitale ; spectacle de l’ensemble Tumen-Ekh
  • Khongoriin Els - les dunes de Khongor à dos de chameau
  • Parc Gobi Gurvan Saïkhan - le désert de Gobi à vélo
  • Kharkhorin - le monastère Erdenee Zuu et le musée de Kharkhorin
  • Vallée de l’Orkhon - les monastères de Shankh et Tövkhön
  • Parc Khögnö Khan - le monastère d’Övgön
  • Parc Khustain Nuruu - rencontre avec les chevaux de Przewalski
  • Notre service de conciergerie sur place
  • Le Wi-Fi gratuit pendant votre voyage : un mini routeur international remis avant le départ, permettant de connecter jusqu’à cinq terminaux simultanément
  • Un service de navigation GPS accessible depuis l’application Voyageurs du Monde, chargé avec votre parcours, les coordonnées de vos hôtels et bonnes adresses
  • Réf: 1517794
    Découvrez tous les services qui vous accompagnent pendant votre voyage.
    Nos experts à votre écoute
    Contactez nos conseillers specialistes pour créer votre voyage sur mesure
    Contactez un spécialiste de la Mongolie