Vous aimerez
  • La Wild Atlantic Way, Belfast, Dublin et la mer d’Irlande : un bel itinéraire terre, mer et docks
  • Égrener un chapelet d’hôtels tous plus cosy et gastronomiques les uns que les autres
  • Kayak à Killarney, le château abbaye de Kylemore, les jeux gaéliques, c’est prévu !
  • Appli smartphone avec GPS, neutralité carbone intégrale, conciergerie : les plus Voyageurs

Contactez un spécialiste Irlande 01 83 64 79 21

En ferry et en voiture

Un tour d’Irlande dans le sens des aiguilles d’une montre, de manoir en manoir, et sans omettre la province de l’Ulster, qui s'étale en grande partie en Irlande du Nord. Il s’agit ici d’allier certains des plus beaux paysages européens à un art de vivre pour lequel les continentaux éprouvent une grande et justifiée tendresse. On n’est pas reçu par les Irlandais comme par les autres. Débarqué du ferry à Cork, vous prenez la route pour Bantry. Premier camaïeu de vert, miroitement de la baie et vigueur de l’air. L’Irlande ne fait pas attendre. Killorglin, qui vient ensuite, se trouve sur le Ring of Kerry, circuit des splendeurs de la péninsule d’Iveragh. La remontée vers Ballyvaughan, petit port sur la baie de Galway,
vous fait traverser le paysage minéral du Burren, l’un des plus émouvants qui soient. Émotion pour émotion, le Connemara se pose là. On le vérifie à Clifden. Les pêcheurs se réjouissent d’entrer à Ballina, où l’on ferre le saumon dans la ville-même. Les autres trouvant sur les bords de la Moy un conservatoire de la culture gaélique. A Donegal, ville du tweed, la limite nord de l’itinéraire est atteinte. Un tel voyage en Irlande comporte donc un volet Ulster. C’est maintenant. Si Belfast porte les stigmates de la guerre civile, ses forces vives regardent ailleurs. D’ailleurs, protestants et catholiques se sont toujours accordés sur une chose : la ville a un sérieux potentiel. Qu’ils s’emploient à exprimer. Et Dublin contraste sans contraster. Capitale d’Etat bien sûr, mais aussi ancien port industriel dont le périmètre et les activités sont en cours de redéfinition. On en discute dans les pubs. Enfin, avant de reprendre le ferry, un stop à Rathnew retrempe dans l’atmosphère countryside. Et, tout au long, les chefs irlandais vous auront montré de quel bois ils chauffent leurs fourneaux et de quels ingrédients ils écrivent leur chapitre du cookbook mondial.

Votre voyage

On n’est jamais si bien véhiculé que par sa propre auto. C’est ainsi que vous partez en Irlande dans la vôtre, en famille ou entre amis, pour une belle aventure tous ensemble. Le ferry vous permettant de passer la mer avec elle à l’aller et au retour. Deux nuits maritimes à la clé, en cabine supérieure. Ensuite, les routes irlandaises ne posent pas d’autre difficulté que parfois une certaine étroitesse. Les moutons qui traversent les chaussées n’étant pas un problème, mais un motif pittoresque - freiner quand même. La conduite à gauche ? On s’y fait beaucoup plus rapidement qu’on l’imagine. Du manoir édouardien de Bantry au manoir victorien de Rathnew, vos hôtels distillent tous cette atmosphère à la fois traditionnelle, confortable, jolie et plantureuse de l’accueil irlandais. Etablissements de standing, dotés de tables qui vous surprendront par leur qualité et leur naturel. A Belfast et Dublin, villes sensibles à l’air du temps, Irish design d’aujourd’hui. Kayak sur le lac de Killarney, jardins du château-abbaye de Kylemore, initiation aux sports gaéliques, ces trois rendez-vous prévus sur votre itinéraire ont pour but de vous faire plaisir d’abord, et puis de vous mettre au contact d’une vie irlandaise qui ne se résume pas, bien entendu, à la stout et au tin whistle. Si, chemin faisant, un désir non prévu ou un léger contretemps survenait, vous disposez pour y répondre des coordonnées de notre service de conciergerie sur place.

Itinéraire

Suggestion 100% personnalisable selon vos envies
JOUR 1

Traversée Roscoff - Cork

Nuit à bord du ferry.

JOUR 2

Cork - Bantry

Débarquement et route pour Bantry, comté de Cork (après avoir été voir, place Rory Gallagher, la sculpture de Geraldine Creedon dédiée au guitariste). Nuit à Ballylickey, au-dessus de la baie de Bantry. Le manoir édouardien, tout blanc au milieu du jardin bien vert et des massifs de fleurs éclatants, illustre la recherche de naturel et d’une élégance légère qui a succédé à la concentration victorienne. A l’intérieur, on trouve le même esprit, auquel des touches modernes ajoutent peps et actualité. Chambres très joliment aménagées et bien équipées. La table de la maison passe, à juste titre, pour l’une des meilleures de la région : ingrédients frais comme la rosée et savoir-faire confirmé. L’afternoon tea du samedi et le lunch du dimanche sont de délicieux moments de tradition irlandaise. Comme le bien-être se conçoit holistique, le spa, avec sauna et bain japonais, soins aux algues, remet les organismes à neuf.
Les entours de Bantry vous mettent immédiatement au parfum (de sel et d’iode) : la côte irlandaise est un enchantement. Et la beauté incite à la solidarité semble-t-il, puisque la ville s’honore du statut de Fair Trade Town.

JOUR 3

Bantry - Killorglin

Route pour Killorglin, comté de Kerry. Installation pour deux nuits au bord du lac Caragh. Les pentes des MacGuillycuddy’s Reeks démarrent non loin. Une maison victorienne, enfouie dans un jardin profus qui laisse des échancrures sur le lac. On a là des couchants glorieux. Dedans, les papiers peints et les tissus retiennent d’abord l’attention : l’imprimé à ce niveau est l’un des beaux arts. Le mobilier, parfaitement adapté à la situation, offre un élégant confort. L’harmonie règne dans chaque pièce. Le restaurant reflète lui aussi l’excellent niveau auquel se situe la cuisine d’ici. Les ingrédients paraissent sortir tout juste de l’eau, des champs ou du potager. Et ils sont accommodés avec un tact qui leur laisse tout leur naturel. Ce qui est, bien entendu, au profit des convives. Lesquels jouissent en prime du prolongement lacustre de leur champ de vision. La nature environnante - campagne, mer, montagne - donne leur forme aux activités de plein air.

JOUR 4

Killorglin

Déjà prévu au programme - Kayak sur le lac de Killarney. En longeant un peu les MacGuillycuddy’s Reeks, on parvient au parc national de Killarney, dont les paysages variés font un petit paradis pour les randonneurs. Vous ne lacez pas pour autant des chaussures montantes : des kayaks vous attendent sur une berge du lac Leane. Et vous voilà, avec un instructeur anglophone, parti pour trois heures de balade à la pagaie, à rythme tranquille. Le donjon et les remparts de Ross Castle éveillent l’imaginaire troublant toujours attaché aux châteaux forts. Des canards passent en escadrilles ; hérons cendrés en quête de bonne fortune, grèbes castagneux, râles d’eau se rencontrent communément. Passant près de votre embarcation, sans doute apercevrez-vous truites, ombles, saumons. Par contre, si vous voyiez passer Muckie, le monstre du Lough Leane, vous seriez bien le premier.

JOUR 5

Killorglin - Ballyvaughan

Route pour Ballyvaughan, comté de Clare. Installation pour deux nuits entre le karst du Burren et la baie de Galway. La propriété s’est déployée autour d’un manoir XVIIIe. Avoir une histoire simplifie la vie : on n’a pas besoin d’en rajouter. Et tout le monde en profite. Ainsi ici, où un impeccable classicisme, relevé de notes contemporaines justes, suffit au bonheur de tous. Les chambres sont magnifiques, dotées de tout ce dont on peut avoir besoin (esprit inclus). La cuisine relève la gageure de concilier virtuosité et simplicité. Un art qui sait transformer sans altérer. Au bar, on hésite entre bières artisanales et cocktails. J.R.R. Tolkien vous a précédé en ces lieux. N’est-ce pas un indice que le merveilleux n’est pas loin ?

JOUR 6

Ballyvaughan

Les randonnées, pédestres ou cyclistes, dans le Burren - paysage d’exception et conservatoire de l’histoire ancienne de l’Irlande (dolmen néolithique de Poulnabrone, ringfort Cahercommaun du IXe siècle, abbaye cistercienne de Corcomroe) - relèvent de l’évidence. La formation ne laisse pas non plus les botanistes indifférents. Au sud-ouest de Ballyvaughan, les sombres et vertigineuses falaises de Moher ne se laissent pas amoindrir par une importante fréquentation touristique. Elles demeurent impavides et majestueuses. Au large, barrant la sortie de la baie de Galway, l’archipel d’Aran est, tout autant que l’équipe de rugby nationale, un symbole du fighting spirit irlandais. Le rocher et les hommes, souvent dans des conditions dantesques, y opposent à l’océan une patience, une fermeté, une résistance exemplaires. On y va en ferry à partir de Doolin. Quant à Ballyvaughan, c’est un charmant petit port.

JOUR 7

Ballyvaughan - Clifden

Route pour Clifden, comté de Galway. Installation pour deux nuits sur le quai. D’ailleurs, la maison a été construite autour de 1820 pour le capitaine du port. Elle fut ensuite un couvent franciscain. La voilà hôtel désormais. Et des plus séduisants. La décoration a retenu quelque chose du XIXe siècle, mais avec les moyens techniques d’aujourd’hui. Les voyageurs peuvent donc constater combien leur art de vivre découle de celui d’alors. Les chambres sont ravissantes ; certaines ont une tonalité tendre, d’autres marquent un décorum plus charpenté ; celle qui vous fait dormir sous le portrait de Napoléon étonne ; la chambre zèbre évoque l’Afrique des safaris. On ne prend sur place que le petit déjeuner, mais il est particulièrement soigné. Les amateurs de fruits de mer et de devilled kidneys de bon matin seront particulièrement satisfaits.

JOUR 8

Clifden

Déjà prévu au programme - Billet pour le château-abbaye et les jardins de Kylemore. Au bord du lac Pollacappull, le château fut construit à partir de 1867 autour d’un rendez-vous de chasse plus ancien. Puisqu’on y était, on ajouta aux environs un bureau de poste et une école. Et comme les choses n’aillaient pas alors comme aujourd’hui, le propriétaire fit déplacer la route Clifden / Westport qu’il estimait passer trop près de chez lui ! Et le domaine disposait de tout le confort moderne. Les jardins (aujourd’hui rétablis à l’identique) poursuivirent la recherche d’une réconciliation entre l’homme et la nature qui portait les jardiniers à cette époque. Un drame familial provoqua la construction de l’église néogothique. Par la suite, le château connut une période de relatif abandon, jusqu’à ce qu’en 1921 les Dames bénédictines irlandaises d’Ypres viennent s’y installer. Elles adaptèrent les bâtiments à leurs besoins et, afin de contribuer au financement de l’installation, se firent même pionnières en chambres d’hôtes et tourisme patrimonial. Elles sont toujours présentes aujourd’hui. Le billet permet une visite libre de l’abbaye et des jardins.

JOUR 9

Clifden - Ballina

Route pour Ballina, comté de Mayo. Nuit dans un manoir de pierre gris clair, auquel on parvient par une longue allée d’arbres. La décoration est pleine d’aménité gentry. Des matières confortables - bois, cuir, laine - des tons associés - brun, tabac, beige, rouge - des cheminées et de grandes lanternes. La chambre vous procure les conditions d’un sommeil pleinement réparateur et d’un réveil consécutif radieux. Disposition positive, au prolongement de laquelle le petit déjeuner donne l’énergie nécessaire. La cuisine de l’hôtel (alimentée pour les légumes par le potager du domaine) est à l’honneur du comté : justesse et imagination. Sur place, une grande piscine couverte, un spa, un sauna et une salle de gym. Ceux que l’agrément de ces installations (ou des salons) ne suffit à retenir peuvent s’adonner dans le parc à la pêche, à la fauconnerie ou au tir à l’arc.
Ballina, sur l’embouchure de la River Moy, doit son renom au saumon atlantique qui foisonne dans le fleuve. Elle n’en possède pas moins un patrimoine architectural notable et de nombreux jardins.

JOUR 10

Ballina - Donegal

Route pour Donegal, comté de Donegal. Nuit au bord du lac Eske, dans les Bluestack Mountains. Le cottage d’origine s’est étendu progressivement, de façon à augmenter sa capacité d’accueil. L’équilibre obtenu entre les différentes données du problème, on s’en est tenu là. Pas question de rompre le charme : le plan d’eau, qui associe bleu et étain, les lourds reliefs bosselés des montagnes, l’hôtel au milieu. Une évidence en pénétrant dans votre chambre, son confort. Tête de lit sculptée, courtepointe douillette, moquette, salle de bain de marbre, espace, lumière, vous êtes bien reçu. Cuisine gastronomique irlandaise ou service de massage, l’impression se prolonge dans les parties communes. Le salon lambrissé, décoré d’une mosaïque de petits tableaux, invite à méditer devant la cheminée. Le paysage lacustre et montagneux, qui donne son cadre à l’étape, fait de celle-ci la station romantique du voyage.

JOUR 11

Donegal - Belfast

Route pour Belfast, en Irlande du Nord. Installation pour deux nuits dans le centre. L’hôtel occupe un building contemporain. Dans une version urbaine, le standing équivaut à ce qui a précédé. Les couleurs sont un peu plus électriques, les matières un brin moins naturelles peut-être, les motifs plus aigus, mais équipement et confort ne laissent rien à désirer. Et les baies sol-plafond font de Belfast un élément du décor. Le minimalisme géométrique soft de la salle à manger et la cuisine qu’on y sert vont très bien ensemble. Le bar - long comptoir, petits fauteuils et lumière tamisée - engage à siroter des cocktails exactement dosés. A tout cela, des objets d’art apportent une caution culturelle et la salle de gym fournit l’indispensable outil forme.

JOUR 12

Belfast

Belfast est une ville attachante à l’extrême et pleine de richesses peut-être inattendues, comme la grande serre du jardin botanique ; Queen’s Arcade, un passage victorien de 1880 ; le Ulster Museum (qui possède, entre autres collections, un fonds important d’art naturaliste). On y trouve en outre l’un des plus beaux pubs du monde, le Crown. Les peintures murales du quartier protestant de Shankill Road et celles de Falls Road (catholique) rappellent que le passé de violence de la paix actuelle n’est pas tout à fait trépassé. L’hôtel de ville - Alfred Brumwell Thomas, 1898-1906 - et la Queen’s University en imposent. Installé sur le site des chantiers navals Harland and Wolff, le musée Titanic permet d’aborder l’histoire industrielle de Belfast, qui n’a pas été pour rien le berceau de la plus fameuse épave du monde. Le Royal Mail Ship Titanic est bien sûr la vedette de l’exposition, mais celle-ci le resitue dans son contexte large. Le bâtiment, conçu par Eric Kuhne, 2006-2012, l’Iceberg, est une magnifique réussite.

JOUR 13

Belfast - Dublin

Route pour Dublin, comté de Dublin. Installation pour deux nuits pas très loin du stade de Lansdowne Road, dans une rue tranquille. Un bâtiment moitié brique victorienne, moitié extension contemporaine. Dans les parties communes, noyer luisant, parquets à bâtons rompus, lambris, luminaire, velours reflètent un parti pris là encore mi autrefois, mi aujourd’hui. Pour les chambres, des gris, du bleu-vert. De l’espace et un excellent niveau d’équipement et de confort. On ne s’étonne pas de trouver à la carte du restaurant une cuisine à demi irlandaise, à demi internationale, mais on se réjouit de la trouver si bien faite. Au-dessus, le bar, avec ses cocktails et une jolie terrasse. Round the corner, une salle de gym.
En option - Dublin Docklands.

JOUR 14

Dublin

Il est bien agréable de se promener sur les quais de la Liffey. Il l’est aussi de s’arrêter pour une pause pinte dans l’un des pubs sans lesquels l’Irlande ne serait pas ce qu’elle est. Le château, XVIIIe siècle surtout, rappelle le pouvoir anglais ; la prison panoptique de Kilmainham, en service de 1796 à 1924, abrite aujourd’hui un musée du nationalisme irlandais. Le Trinity College, voulu en 1592 par Elisabeth 1ère, a compté parmi ses étudiants Edmund Burke, Oscar Wilde, Bram Stocker ou Samuel Beckett (que l’on retrouve, avec James Joyce, au musée des écrivains, 18 Parnell Square). La bibliothèque du College tient le premier rang en Irlande et les salles laissent pantois. Le clou de l’exposition est un admirable évangéliaire enluminé du IXe siècle, le Livre de Kells. La pro-cathédrale Sainte-Marie, début XIXe, illustre une situation religieuse pas tout à fait dégagée des ombres du passé. Et Dublin Docklands fait du neuf avec du vieux.
Déjà prévu au programme - Initiation aux jeux gaéliques. Les sports gaéliques sont rapides, qu’il s’agisse de football (qui ressemble par des aspects au football ordinaire et, par d’autres, au rugby) ou de hurling (que l’on joue avec une crosse, une petite balle et l’interdiction de ramasser celle-ci par terre avec la main), ou encore de handball (squash sans raquette ou pelote en salle, rien à voir avec Jackson Richardson). L’histoire, les règles et les gestes de base de ces passions irlandaises vous sont détaillés dans une ambiance détendue, dynamique et participative.

JOUR 15

Dublin - Rathnew

Route pour Rathnew, comté de Wicklow. Nuit entre le vieux village et le Broad Lough. Le manoir de 1883 a appartenu à Robert Charles Halpin, pionnier de la mondialisation des communications : chef mécanicien puis capitaine du câblier Great Eastern, il a apporté une contribution décisive, dans les années 1860, à la pose des premiers câbles télégraphiques transatlantiques. Au premier abord, la maison semble n’avoir pas changé depuis lui. Oriels, vigne vierge, ravissant jardin fleuri avec la mer d’Irlande comme horizon. A l’intérieur, même impression. Pourtant, on jouit là d’un confort tout à fait contemporain. Le plateau technique est très au point. Votre chambre est grande, claire, agréable. Et la table de la maison vous propose une nouvelle fois cette cuisine irlandaise à laquelle des chefs talentueux donnent un surprenant charme gustatif.

JOURS 16 & 17

Rathnew - Cork

Traversée Cork / Roscoff. Nuit à bord, arrivée le lendemain.

A la carte

Dublin Docklands

Comme toutes les grandes villes, Dublin dispose de friches industrielles propices au renouvellement urbain. Un secteur d’entrepôts portuaires, de part et d’autre de la Liffey, a ainsi été repensé et réinvesti par de grandes entreprises financières, par des institutions culturelles - EPIC, le musée de l’émigration irlandaise ; le musée de la banque centrale d’Irlande - ou touristiques, comme le Jeanie Johnston, réplique d’un Famine ship de 1847. Restaurants et bars ont suivi et donnent le ton à la cuisine nouvelle de la capitale. Le pont Samuel Beckett, Santiago Calatrava 2009, ou le Bord Gais Energy Theatre, Daniel Libeskind 2010, illustrent l’apport de l’architecture contemporaine à l’entreprise. Dublin de demain.
En option - Demi-journée

Budget estimé

Selon saison, types d'hébergements et activités
Base 4 personnes.
Le budget estimé pour ce voyage est de 2100€ à 2600€/personne*

Parler de prix fixe lorsqu’on évoque un voyage sur mesure a peu de sens. En effet, celui-ci varie suivant de nombreux facteurs (niveau de prestation, période, délai de réservation et bien d’autres encore). Le seul prix exact sera celui de votre devis personnalisé.
Le prix moyen constaté pour ce voyage est de 2300€/personne
* Voyage réalisable sur 15 jours, en remplaçant le ferry par des vols, et avec location de voiture.
  • Le ferry aller et retour entre Roscoff et Cork : cabine luxe 4 personnes et passage du véhicule
  • La neutralité carbone intégrale par absorption des émissions de CO2 de votre voyage (par le biais de notre fondation Insolite Bâtisseur Philippe Romero)
  • La nuit à Bantry, en chambres doubles, logement seul
  • Les 2 nuits à Killorglin, en chambres doubles, avec petits déjeuners
  • Les 2 nuits à Ballyvaughan, en chambres doubles, avec petits déjeuners
  • Les 2 nuits à Clifden, en chambres doubles, avec petits déjeuners
  • La nuit à Ballina, en chambres doubles, logement seul
  • La nuit à Donegal, en chambres doubles, avec petit déjeuner
  • Les 2 nuits à Belfast, en chambres doubles, avec petits déjeuners
  • Les 2 nuits à Dublin, en chambres doubles, avec petits déjeuners
  • La nuit à Rathnew, en chambres doubles vue mer, avec petit déjeuner
  • Killarney - kayak sur le lac, avec un instructeur anglophone
  • Clifden - vos billets pour le château-abbaye et les jardins de Kylemore
  • Dublin - une initiation aux jeux gaéliques
  • Notre service de conciergerie sur place
  • Un service de navigation GPS accessible depuis l’application Voyageurs du Monde, chargé avec votre parcours, les coordonnées de vos hôtels et bonnes adresses
  • Réf: 1301300
    Découvrez tous les services qui vous accompagnent pendant votre voyage.
    Nos experts à votre écoute
    Contactez nos conseillers specialistes pour créer votre voyage sur mesure