Vous aimerez
  • Sillonner le Monténégro, la Bosnie et la Croatie, au volant et en liberté : un road-trip buissonnier
  • 4 étapes au patrimoine mondial de l’Unesco, bonnes tables, randonnée, des baignades et du farniente
  • Le parc du Durmitor, Sarajevo, Mostar, les bouches de Kotor en privé, c’est déjà prévu !
  • Appli smartphone, bonnes adresses, voiture, conciergerie sur place, les plus Voyageurs

Contactez un spécialiste Monténégro 01 83 64 79 36

Les Balkans, civilisation fusion

Quatre étapes sur cinq inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco. Sûrement, les bonnes fées des arts et de la culture se sont penchées sur le berceau balkanique ! D’autant que les plaisirs de la table, de la randonnée, de la baignade et du farniente font aussi partie du voyage. Les Balkans ont, plus qu’on le dit, le sens de l’équilibre. On commence dans la montagne monténégrine : Zabljak et le parc national du Durmitor. Karst et canyon géant, où plane le percnoptère d’Egypte. De Sarajevo, qui vient après, on mesure, lorsqu’on s’y attarde, le dynamisme, l’envie et la résilience. La capitale bosnienne a plus d’un titre à votre intérêt. Mostar aussi, dont le pont en dos d’âne a fait le tour du monde, en quelque sorte.
Ville des confins de l’Empire ottoman, elle en possède encore le dispositif, auquel l’Empire des Habsbourg a ajouté le sien. Le temps de passer par Dubrovnik, en Croatie - peut-on songer à oublier cette merveille et la mer scintillante qui va avec ? - et on retourne au Monténégro, à Dobrota, dans les bouches de Kotor. Ce grand ensemble naturel et artistique semble une réponse méridionale aux fjords septentrionaux. Chemin faisant, on voit des églises, des mosquées, des ponts turcs, des murs vénitiens, des roses, des palmiers. L’Histoire a laissé des traces de ses tensions, mais l’unité d’une civilisation domine tout ça, qui exerce toujours un puissant pouvoir de fascination.

Votre voyage

Le rythme du voyage - trois fois deux jours, un et trois jours - donne à l’initiative des voyageurs de quoi prendre du champ. Nous lui en fournissons donc le moyen : une automobile. Les routes de ces contrées se sont notablement améliorées et, même s’il faut parfois être prudent, elles sont, dans l’ensemble, correctes. La signalisation a parfois des absences, aussi emportera-t-on des cartes. Pour le reste, entendons la liberté, des compétences ordinaires de conducteur suffisent. Le profil de vos hôtels varie d’une étape à l’autre, de l’esprit station au pied du Durmitor, au style ottoman du vieux Mostar, au front de mer élégant de Dubrovnik. La diversité régionale s’y reflète. Partout néanmoins, le confort et le service qui conviennent. Plus une situation favorable. Afin de vous mener droit à ce qui compte, des rendez-vous : randonnée dans le parc du Durmitor, visite de Sarajevo, de Mostar, des bouches de Kotor, apéritif sur le mont Srd, à Dubrovnik. Dans chaque cas, un guide privé - lequel peut se révéler une source d’informations précieuse pour les explorations en solo. Si cela ne suffisait pas, vous auriez recours à nos services de conciergerie sur place, ils vous seconderont dans tous les cas d’impondérable.

Itinéraire

Suggestion 100% personnalisable selon vos envies
JOUR 1

Vol pour Tivat (Monténégro) - Zabljak

Prise en main de la voiture de location et route pour Zabljak, dans le parc du Durmitor. Installation pour deux nuits à la lisière de la forêt de conifères. L’hôtel est un chalet moderne. Dedans, le bois clair donne une note intime et chaleureuse sans assombrissement des pièces. Le design simple et soigné rappelle la Scandinavie. Votre chambre est bien équipée, confortable, dans des tons paisibles : blanc, bleu, gris. Un sauna est à la disposition des hôtes. Et des massages leurs sont proposés. Au snack-bar, en faisant le point sur la journée faite ou à faire, on se régale de petits plats dont les ingrédients proviennent des fermes bio du coin. La maison attachant une réelle importance à la durabilité environnementale de son activité.

JOUR 2

Zabljak

Déjà prévu au programme - Randonnée dans le Durmitor. Le parc national protège de hauts reliefs karstiques des Alpes dinariques. L’Unesco l’a inscrit au patrimoine mondial pour sa flore - pin de Bosnie, érable des Balkans et panicaut bleu des Alpes, trolle des montagnes - et sa faune - chamois, ours, loup, grand tétras, vautours, etc. Au nord du massif, un phénomène : le canyon de la rivière Tara, l’un des plus profonds d’Europe. On pérégrine en compagnie d’un guide anglophone. Plusieurs itinéraires et niveaux de difficulté possibles - de 200 à 700 m de dénivelé, de 4 à 7 heures de marche. Le mont Curevac (1625 m) offre sur les montagnes et le canyon un point de vue vertigineux ; on peut l’approcher en voiture et, ce faisant, réduire le temps d’effort à 20 mn. En empruntant le sentier des trois lacs, dont le célèbre lac Noir, vos pas conduisent aux impressions romantiques. Au pied du pic Obla Glava (2303 m), la grotte de glace et ses formations étranges se gagnent par un effort de sept heures.

JOUR 3

Zabljak - Sarajevo (Bosnie)

Route pour Sarajevo. Installation pour deux nuits dans le quartier historique de Bascarsija. L’hôtel est clair et moderne, bien tenu. Le voyageur trouve dans sa chambre tout ce dont il a besoin pour se reposer : un bon lit et une salle de bain convenable ; avec ça, les possibilités de connexion qu’il faut. Le petit déjeuner se prend à la salle à manger (simple et plaisante avec ses tons crème et rouge). A proximité, des restaurants proposent diverses options pour les autres repas. Tout proche de l’hôtel, le pont Latin (1798-99) marque l’endroit où Gavrilo Princip a mis le feu aux poudres européennes en révolvérisant l’archiduc François-Ferdinand et son épouse Sophie Chotek, duchesse de Hohenberg - 28 juin 1914.

JOUR 4

Sarajevo

Déjà prévu au programme - Visite privée de Sarajevo. La synagogue ashkénaze (Karel Parik, 1902), la cathédrale catholique du Sacré-Cœur (Josip Vancas, 1884-87), le pont Seher Cehaja (1585-86) et la mosquée Gazi Husrev-beg (Sinan, 1530-31) sont au nombre des monuments emblématiques que la promenade, en compagnie d’un guide francophone, vous invite à découvrir. La maison musée Svrzo, construite au XVIIe siècle, illustrant l’aspect privé de l’art de vivre ottoman. Tous ces bâtiments marquent des étapes historiques qui ont forgé le cosmopolitisme de la ville. Entre eux, le pittoresque balkanique fait la liaison. Creusé sous la ville, pendant le siège de 1992-96 par les forces serbes, le tunnel de l’espoir, désormais transformé en musée, en permit le ravitaillement. L’ouvrage a ainsi contribué à l’indépendance de façon décisive.

JOUR 5

Sarajevo - Mostar

Route pour l’Herzégovine et Mostar. Installation pour deux nuits dans un musée-hôtel du centre historique. Le bâtiment, de la fin du XVIIe siècle, est typique de l’architecture bosno-ottomane et la décoration restitue en partie le style traditionnel : banquettes, kilims, broderies, etc. Les chambres, auxquelles la menuiserie donne beaucoup d’allure, bénéficient d’un équipement tout à fait up to date, sans laisser cependant de plonger les hôtes dans l’atmosphère de la Bosnie d’autrefois. Une collection d’objets anciens souligne cet effet de rebours. A la belle saison, la cour-jardin est pleine de roses et on prend là le café turc dans un air doublement embaumé.

JOUR 6

Mostar

Déjà prévu au programme - Mostar, ottomane et multiculturelle. Visite avec un guide francophone privé. Trésor d’architecture ottomane et cité martyre, Mostar fait l’objet d’importantes campagnes de restauration. Le Vieux Pont (Stari Most - XVIe siècle) sur la Neretva est un emblème non seulement bosnien, mais international - inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Il peut aussi à bon droit exemplifier l’intégration de l’architecture au paysage. Le passer aujourd’hui pour découvrir la beauté pittoresque du vieux bazar, des mosquées, des auberges et des magasins qui constituèrent ce gros bourg frontalier de la Sublime Porte, relève à la fois de l’enchantement et du privilège. Beaux immeubles Sécession dans la partie austro-hongroise de la ville.
En option - Un tour d’Herzégovine.

JOUR 7

Mostar - Dubrovnik (Croatie)

Route pour Dubrovnik. Nuit sur l’Adriatique, un peu au sud-est de la vieille-ville. Le contexte - les terrasses, le jardin qui descend vers la mer, la plage à cinq minutes de balade, les bateaux - est tout à fait riviera dalmate. A l’intérieur de l’hôtel, de l’opulence et du confort. La décoration surligne cela dans les parties communes comme dans les chambres. Les deux restaurants font avec professionnalisme ce qu’on espère d’eux : du poisson, des fruits de mer, des plats croates modernes et des classiques italiens. Le secteur bien-être bénéficie d’installations à jour et d’un savoir-faire éprouvé. Deux piscines, l’une dehors, l’autre dedans. Les baigneurs n’ont pas à s’inquiéter de la météo.
Déjà prévu au programme - Cocktail sunset : le funiculaire de Dubrovnik, l’une des grandes attractions de la ville pendant les vingt dernières années de la Yougoslavie socialiste, gravement endommagé en 1991, a repris du service après une longue restauration. Il vous emporte à quatre cents mètres d’altitude en quatre minutes, avec à la clé une vue splendide sur la ville et la mer. Boire un verre sur le mont Srd à l’heure où le soleil transforme l’Adriatique en nappe mordorée, c’est un peu se laisser adopter.

JOUR 8

Dubrovnik - bouches de Kotor (Monténégro)

Route pour Kotor. Installation pour trois nuits non loin de la ville, à Dobrota, au bord de l’eau. La maison, XVIIIe siècle, a appartenu à plusieurs générations de capitaines, longtemps figures de proue du monde des bouches. Le jardin est délicieux. Fleuri, odorant, ombragé. Il conduit à l’eau de plusieurs façons : plateforme de pierre, ponton, escalier (qui transforme la baie en piscine). Une piscine, il y en a d’ailleurs aussi une. Cours, terrasses, galeries, balcons invitent à profiter de l’air. A l’intérieur, les murs portent et portent beau. L’aménagement restitue l’atmosphère patricienne élégante de l’âge d’or, sans se refuser les améliorations contemporaines. C’est autant de gagné pour le confort. Les chambres sont ainsi des plus agréables à vivre. Votre bien-être est au centre des attentions : sauna, service de spa, cours de yoga, vélos pour les balades à terre, kayaks pour les sorties aquatiques. Et la table est au diapason.

JOUR 9

Bouches de Kotor

Le tour des bouches et les promenades dans l’arrière-pays réservent de bien jolies surprises. Les petites villes d’Herceg Novi, Risan ou Perast rayonnent encore de l’importance de leur passé maritime et cachent des coins épatants où partager salade de poulpe, baklava ou sirop de grenade. Le village de Baosici, au sud-est d’Herceg Novi, conserve une maison le Loti, où l’écrivain vécut les amours monténégrines relatées dans Pasquala Ivanovitch. Cetinje, la capitale historique du pays, et le parc du Lovcen n’imposent pas trop de voiture et ne font pas regretter le temps qu’on leur consacre - la route qui relie Kotor au sommet du mont Lovcen révèle des pans grandioses des Alpes dinariques. Kotor justement, distinguée par son centre médiéval et ses kilomètres de murailles. Au début de la Première Guerre mondiale, canons français et autrichiens ont tonné entre Kotor et le Lovcen, au bénéfice des seconds. Et tout ça, qui regorge d’art, d’histoire, d’épopées, n’intimide plus les visiteurs : ils se sentent vite des accointances avec la région.
En option - Les bouches de Kotor en bateau à moteur.

JOUR 10

Bouches de Kotor

Déjà prévu au programme - Cités médiévales des bouches de Kotor. En compagnie d’un guide francophone privé, visites de Kotor, de Perast et de l’île Notre-Dame-du-Rocher. Sur celle-ci, l’église éponyme abrite des peintures de Tripo Kokolja (1661-1713) et de Lovro Dobricevic (1420-1478), ainsi que de beaux ex-voto d’argent. L’Unesco ne se trompe pas en classant un site. Dominée par le clocher de l’église Saint-Nicolas, Perast s’étend au bord de l’eau puisque sont arrière-pays s’élève brusquement au-dessus d’elle. La pierre dont elle est faite pouvait être austère, elle est plutôt athlétique. Pour situer les choses dans le temps, rappelons que Saint-Tryphon, la cathédrale catholique de Kotor, a été édifiée au XIIe siècle (dedans, un ciborium gothique et des éléments de fresque du XIVe siècle). C’est l’un des plus importants édifices romans de l’Adriatique. La place d’Armes est un concentré architectural d’histoire municipale.

JOUR 11

Bouches de Kotor - Tivat - vol de retour

Route pour l’aéroport de Tivat et rendu de la voiture. Vol de retour.

A la carte

Un tour d’Herzégovine

L’Herzégovine, pointe sud de l’Etat bosnien, s’enfonce entre la Croatie et le Monténégro. Solide entité historique, elle a une personnalité marquée, un héritage artistique remarquable et un profil naturel varié. C’est peu dire qu’on la connait mal à l’ouest de l’Adriatique. Cette journée permet de s’en faire une idée. On monte en voiture avec un guide francophone privé et direction Medjugorje, pèlerinage marial controversé. Ensuite, les chutes de Kravica donnent à la rivière Trebizat l’occasion de se montrer charmante et fraîche. A Osanjici, les quelque cent trente stecci, tombes monumentales des XIIe-XIVe siècles, du cimetière de Radimlja attendent toujours le déchiffrement des figures dont elles sont ornées. La Buna, autre affluent de la Neretva, prend sa source à Blagaj ; à cet endroit, un tekke, « couvent » soufi, avec son hôtellerie, a été préservé - sous son aspect actuel, il date du XIXe siècle, mais il aurait été fondé trois cents ans plus tôt. Au retour, on situe mieux Mostar dans son contexte.
En option

Les bouches de Kotor en bateau à moteur

On peut dire la rade de Kotor. En fait, ce système de vastes plans d’eau et de passes resserrées aurait pour origine une ria. Quoi qu’il en soit, on s’ébaubit devant un paysage ample et harmonieux qui, à l’instar des fjords scandinaves, équilibre puissants reliefs et nappe liquide. Lorsque cette dernière réfléchit l’image des montagnes, l’effet stupéfie. En longeant la côte, on repère villages, églises, monastères. Des fondations religieuses anciennes et nombreuses parsèment le pourtour des bouches ; il faut convenir que ces dernières ont de quoi élever l’âme. Elles ont aussi de petites plages où délasser le corps. La sortie, avec un skipper anglophone dure environ quatre heures.
En option

Budget estimé

Selon saison, types d'hébergements et activités
Le budget estimé pour ce voyage est de 2400€ à 2900€/personne.

Parler de prix fixe lorsque l'on évoque un voyage sur mesure a peu de sens. En effet, celui-ci varie suivant de nombreux facteurs (niveau de prestations, période, délai de réservation et bien d'autres encore). Le seul prix exact sera celui de votre devis personnalisé.

Le prix moyen constaté pour ce voyage est de 2500€/personne.
  • Le vol aller et retour pour Tivat
  • Les taxes aériennes
  • L'absorption des émissions de CO2 de votre voyage, par le biais de notre fondation Insolite Bâtisseur Philippe Romero
  • La location pour 10 jours d’un véhicule de catégorie B1
  • Les 2 nuits à Zabljak, en chambre double, avec petits déjeuners
  • Les 2 nuits à Sarajevo, en chambre double, avec petits déjeuners
  • Les 2 nuits à Mostar, en chambre double, avec petits déjeuners
  • La nuit à Dubrovnik, en chambre double vue mer, avec petit déjeuner
  • Les 3 nuits à Kotor, en chambre double, avec petits déjeuners
  • Zabljak : la randonné dans la parc national du Durmitor, avec un guide anglophone privé
  • La visite de Sarajevo, avec un guide francophone privé
  • Mostar, ottomane et multiculturelle, avec un guide francophone privé
  • Le cocktail sunset à Dubrovnik
  • Les cité médiévales de bouches de Kotor, avec un guide francophone privé
  • Le Wi-Fi gratuit pendant votre voyage : un mini-routeur international remis à l’arrivée, permettant de connecter plusieurs terminaux simultanément
  • Un service de navigation GPS accessible depuis l’application Voyageurs du Monde, chargé avec votre parcours, les coordonnées de vos hôtels et bonnes adresses
  • Notre service de conciergerie sur place
  • Réf: 1616129
    Nos experts à votre écoute
    Contactez nos conseillers specialistes pour créer votre voyage sur mesure
    Contactez un spécialiste du Monténégro