Vous aimerez
    • Reprendre la route du sud algérien, du désert, du Grand Erg occidental, des oasis et des ksour
    • Deux grandes villes et un chapelet de palmeraies mythiques où se rencontraient vergers et caravanes
    • Palmeraies, ksour et médinas en privé ; la Casbah d’Alger ; 4x4 dans le Grand Erg : c’est prévu !
    • Appli mobile avec GPS, absorption carbone, wifi nomade : les plus Voyageurs

Contactez un spécialiste Algérie 01 84 74 37 52

Oasis et palmeraies

Quel qu’ait été par ailleurs l’état du pays, l’Oranais équivalait un peu à l’Algérie heureuse. On commence donc à Oran. Ensuite, d’un coup d’avion, on rejoint Béchar puis, par la route, Taghit. Votre contournement par le sud du Grand Erg occidental commence là. Les dunes, d’ailleurs, poussent leur masse fluente aux abords de l’hôtel. Ksar, palmeraie et conduite hydraulique, c’est ainsi que les hommes ont aménagé les oasis. Vous allez voir le système décliné jusqu’à Boussaâda. A Béni Abbès, on est déjà un peu accoutumé au dispositif. Et vous prenez plaisir à voir surgir les palmes au détour de la route du désert. Timimoun, dans le Gourara, est le point le plus méridional de l’itinéraire.
La véritable porte du Grand Sud. Direction le nord-est désormais. A El Goléa se trouve la tombe de Charles de Foucauld, dont l’aventure spirituelle fut hautement saharienne. Et puis, ce sera Ghardaïa, dans la vallée du Mzab. Ce plateau calcaire a été le refuge des fidèles de l’école musulmane - égalitariste - ibadite. Ils y ont construit cinq villes à partir du XIe siècle : El Atteuf, Bou-Noura, Melika, Ghardaïa et enfin Béni Isguen au XIVe. L’ingéniosité, la beauté plastique, la sobriété, l’adaptation au milieu naturel de l’architecture mozabite ont incité l’Unesco à inscrire la région au patrimoine mondial. Oasis septentrionale, Boussaâda vient ensuite. La ville a été déclarée impropre à la colonisation par les organisateurs de la présence française en Algérie. Elle a néanmoins, dès cette époque, aimanté les touristes. Ce qui donne à penser. Les peintres orientalistes, dont Etienne Dinet, y séjournèrent nombreux. Et le voyage se termine dans l’éblouissement blanc et bleu d’Alger et de sa baie. Dans les ruelles pentues de la Casbah. L’eau de mer après la mer de sable.

Votre voyage

Partout où c’est nécessaire, vous disposez de deux jours pour bien prendre le pouls de l’étape. Un bon rythme, qui permet d’absorber les liaisons : l’Algérie est un grand pays. Après un indispensable Oran / Béchar en avion, la route se fait en véhicule adapté, avec un chauffeur-guide francophone qui vous accompagne pour toute la suite du voyage. Les chaussées sont bonnes et permettent de contempler des paysages amples et magnétiques. Vos hôtels présentent une certaine variété. Ils ne peuvent être les mêmes à Oran, El Goléa ou Alger. Dans les grandes villes, ils répondent aux standards classiques ; dans le sud, le désert impose sa simplicité - qui ne signifie nullement inconfort. Dans tous les cas, les conditions d’accueil sont plus que convenables. Et un esprit s’y exprime. Vous n’êtes jamais coupé de la réalité humaine du lieu. Celle-ci est partout le bon adjuvant. On vérifie cela notamment dans le sud, où le régime demi-pension fait de vous un familier de la maison. A chaque étape, sa ou ses visites, avec votre chauffeur-guide privé. Ce qui permet d’aller rapidement à l’essentiel, à côté duquel il est si facile de passer. Et si, chemin faisant, un désir non prévu ou un léger contretemps survenait, vous disposez pour y répondre des coordonnées de notre concierge sur place.

Itinéraire

Suggestion 100% personnalisable selon vos envies
JOUR 1

Vol pour Oran

Transfert et installation pour deux nuits à deux pas de la place d’Armes / 1er novembre, à quelques enjambées de plus du port, dans l’un des fleurons hôteliers d’Oran. Edifié en 1920, il a été restauré avec soin. Au-dessus de la marquise, la haute façade blanche à toit ardoise évoque un Paris grisé de Méditerranée. A l’intérieur, un impeccable classicisme que rehaussent les toiles du peintre Etienne Nasr ad Dine Dinet : l’orientalisme réapproprié. Les chambres sont bien équipées, douillettes. Elles ont un fini cossu. Deux restaurants - une table gastronomique et une brasserie - régalent. Le bar est feutré comme un club anglais. Et le salon de thé invite à un afternoon tea à l’oranaise. Le pôle bien-être réunit tradition algérienne et wellness internationale. Les installations - hammam, sauna, salles de soin, salle de gym - sont tout à fait à même de rendre au voyageur le tonus dont il a besoin pour faire honneur à la Radieuse.

JOUR 2

Oran

Déjà prévu au programme - Oran, les incontournables. Avec un guide francophone privé, vous explorez aujourd’hui le patrimoine oranais. Du fort de Santa Cruz, établi par les Espagnols au XVIe siècle (et modernisé au XVIIIe), à la mer. En passant par la mosquée du Pacha, 1796 ; la cathédrale du Sacré Cœur, béton armé néo-byzantin, 1903-1913, devenue bibliothèque municipale ; la Grande Synagogue, 1880, désormais mosquée Abdullah ibn Salam. Par l’hôtel de ville aussi, 1886, qu’Albert Camus jugeait prétentieux, et le théâtre, 1907, institutions de l’Oran coloniale. La gare étant, elle, un bel exemple d’architecture néo-mauresque conciliante - Albert Ballu (comme la cathédrale), 1908-1913. Quant à la casbah, plus ancienne que celle d’Alger, elle abrite encore architectures arabe, espagnole, ottomane.

JOUR 3

Oran - Taghit

Transfert à l’aéroport et vol pour Béchar. Prise de contact avec le chauffeur-guide francophone. Route pour Taghit. Installation pour deux nuits dans un hôtel moderne dont l’architecture stylise les motifs traditionnels. Dès lors que ceux-ci servent le confort, ils sont conservés : moucharabiehs, banquettes, fontaines. Les chambres sont simples et sans bavure, équipées comme il se doit. Les deux restaurants servent une cuisine pro. Le hammam est bienvenu, de même que la grande piscine du jardin. Des vélos ou des scooters sont loués aux amateurs.
Déjà prévu au programme - Balade en 4x4 dans les dunes. Les hautes dunes de sable sont une formation qui impose d’emblée au voyageur une impression saharienne. Celles du Grand Erg occidental s’élèvent tout près de l’hôtel. On ne peut donc résister au plaisir des hauts et des bas qu’elles procurent. Avec un véhicule tout-terrain en l’occurrence mais aussi, éventuellement, à pied, à quad ou même à ski !

JOUR 4

Taghit

Déjà prévu au programme - Taghit, les incontournables. Taghit est construite dans une oasis alimentée en eau par l’oued Zouzfana. Lorsqu’on se tourne vers l’est, les palmiers ont pour arrière-plan le Grand Erg ; vers l’ouest, c’est le djébel Baroun. Double panorama spectaculaire. L’architecture traditionnelle offre encore de beaux ensembles à la curiosité des visiteurs. On se glisse dans les ruelles en compagnie du guide. C’est un monde qui s’entrouvre, dont le premier aspect clos et resserré masque une sociabilité précise et vivante. On saisit aussi l’occasion de se donner des aperçus sur l’économie des oasis. Ce qu’on y cultive, leur régime d’échanges, la gestion de l’eau, etc. Dans les environs, des gravures rupestres présentent de nombreux animaux - bovidés, autruches, lions, éléphants - exposant qu’au Néolithique, le Sahara avait une figure tout autre que celle d’aujourd’hui.

JOUR 5

Taghit - Béni Abbès

Route pour Béni Abbès. Nuit dans un bâtiment construit par Fernand Pouillon en 1973. Après une période de délaissement, on vient de le restaurer et de le mettre aux standards actuels. Le voyageur peut donc admirer comme à neuf une architecture à l’ample équilibre, inspirée par l’art de construire du désert. Autour de l’hôtel, un parc où une centaine de palmiers-dattiers ont été plantés. Une grande piscine est mise à la disposition des hôtes. Les chambres sont bien équipées et confortables ; la décoration rappelle la culture saharienne par de belles pièces d’artisanat. Au restaurant, cuisine algérienne et internationale. Le hammam étant aussi indispensable à l’Algérie que le sauna à la Finlande, il y a un hammam. Et les amateurs peuvent faire une partie de tennis.
Déjà prévu au programme - Béni Abbès en privé. Il y a sept ksour dans l’oasis Blanche. La visite invite à approcher ces villages fortifiés traditionnels. La palmeraie étant elle-même remarquable dans sa catégorie. La chapelle édifiée en 1901 par Charles de Foucauld est toujours là. Un déjeuner chez l’habitant permet de se régaler d’une cuisine saharienne tout à fait authentique.

JOUR 6

Béni Abbès - Timimoun

Route pour Timimoun. Installation pour deux nuits dans la palmeraie. Votre maison d’hôtes de style zénète propose dans et autour d’un grand jardin des chambres et des tentes traditionnelles. On peut même opter pour la zariba, la hutte de berger. Dans la maison, la décoration repose sur les travaux des artisans de la région. Les chambres sont simples, dotées de lits bois et fer forgé et d’une excellente literie. Les tapis s’offrent partout au pied ou au siège. Les parties communes, dedans ou dehors, sont particulièrement accueillantes. En cuisine, on mitonne les plats typiques du Gourara : ichkouad (semoule et haricots) ; rguig (crêpes aux olives et haricots) ; kennoud (semoule aux lentilles et à la viande) ; etc. Le Sahara des oasis a ses saveurs originales.

JOUR 7

Timimoun

Déjà prévu au programme - Timimoun, les incontournables. L’urbanisme de l’oasis Rouge est très lisible : à l’ouest, le ksar, l’essentiel de la palmeraie et les foggaras ; à l’est, la ville coloniale et d’importantes extensions postindépendance. Le style néo-soudanais marque la côté oriental. Le ksar est toujours habité, il est même le lieu d’une activité soutenue. La palmeraie est justement réputée pour ses dattiers. Le système d’adduction d’eau des foggaras est particulièrement intéressant. La vie traditionnelle de l’oasis en dépend depuis fort longtemps. Combinaison de puits et de tunnels d’acheminement de l’eau sur de longues distances, ils commandent les dispositifs d’irrigation des cultures vivrières et des vergers. Leur importance est telle que les noms de personnalités religieuses éminentes leur sont associés. Au coucher du soleil, pose thé dans les dunes.

JOUR 8

Timimoun - El Goléa

Transfert à El Goléa. Nuit dans une jolie maison au crépi rose. Autour, un fouillis de succulentes, de cactées, les lourds régimes de dattes, des rosiers. Des galeries végétales entretiennent une ombre bienvenue. A l’intérieur, beaucoup de simplicité et un confort nominal. Pour être sans fioritures, les conditions n’en sont pas pour autant spartiates. Quelque chose d’avenant s’en dégage, qui tient en partie à un engagement sincère et à la qualité de l’accueil. Sans doute est-ce que l’initiative de la maison d’hôtes est née d’un projet d’accompagnement social. Un souci environnemental cohérent se fait jour aussi dans la gestion du petit domaine, qui cultive green une partie des ingrédients utilisés par la cuisine.
Déjà prévu au programme - El Goléa en privé. On distingue bien les composants du ksar : le caravansérail au pied de la colline, le village lui-même sur la pente de celle-ci et les tours de guet sur les hauteurs. C’est la vie d’une communauté du désert qui est ainsi esquissée. L’église Saint Joseph, qui date des années 1930, et la tombe de Charles de Foucauld, 1929, sont deux autres monuments significatifs. Un guide francophone privé accompagne la visite.

JOUR 9

El Goléa - Ghardaïa

Route pour Ghardaïa. Installation pour deux nuits non loin du marché dans une autre réalisation de Fernand Pouillon, 1970-72. La longue façade blanche intègre et développe l’ancien bordj Giraud. De récents travaux de rénovation ont rendu à l’hôtel ses facultés : technique et charme, fonctionnalité et esthétique. On se sent bien dans des volumes étudiés. L’aménagement des chambres est très convenable. Le restaurant s’en tire avec honneur. Et dans la grande piscine on nage.
Déjà prévu au programme - Béni Isguen. Toujours avec votre guide, vous visitez Béni Isguen, fondée au XIVe siècle et cité de la pentapole ibadite du Mzab. Le ksar est ceint de murailles. Il occupe une éminence que dominent le minaret de la mosquée et la tour de guet Boulila. Avec ses tons ocre, son blanc, son bleu un peu nébuleux, l’étagement de maisons est harmonieux. Un ensemble dont la fonction longtemps militaire est encore clairement manifeste.

JOUR 10

Ghardaïa

Déjà prévu au programme - Ghardaïa, sa palmeraie et son souk. Chef-lieu de la pentapole, Ghardaïa offre un point de vue chromatique assez similaire à Béni Isguen. En plus volumineux. La vieille ville, où pointe vers le ciel le minaret de la grande mosquée, est parcourue de ruelles ; celles qui vont vers la place du marché font office de souk dans leur partie basse. On y retrouve les ateliers et les échoppes à touche-touche caractéristiques de ces quartiers, les marchandises exposées dans la rue et au-dessus d’elle, les commerçants engageants. Une atmosphère. La vocation business de Ghardaïa est ancienne, elle ne s’est jamais démentie et ce souk est de loin le plus important de la région. Un guide francophone privé n’est pas un luxe pour retrouver son chemin dans le dédale. Les mosquées Chick Baba-Oueldjemma et Ammi Saïd sont pleines de l’esprit du désert.

JOUR 11

Ghardaïa - Boussaâda

Route pour Boussaâda, dans l’Atlas saharien. Nuit dans un établissement inauguré en 1913. L’architecture équilibre bien motifs mauresques et conceptions modernes. Le jardin botanique, où se trouve une belle piscine, est dense, soigneusement entretenu et apporte une note majeure de chlorophylle. Dedans, la décoration marque un certain classicisme franco-algérien : mobilier d’ébéniste, rideaux à l’embrasse, literie impeccable. Les chambres assurent un bon niveau de confort. Au restaurant, cuisine algérienne et plats du répertoire international. Les repas se prennent à la salle à manger ou sur la terrasse, qui s’allonge parmi les frondaisons du parc.
Déjà prévu au programme - Boussaâda et le musée Etienne Dinet. On visite la palmeraie et les principaux monuments de la ville. La médina et le souk, avec leurs venelles ombreuses ; le vieux moulin à eau Ferrero ; le fort Cavaignac, où furent formés, promotion après promotion, des sous-officiers de spahis ; des mausolées ; la mosquée Abdellah Ibn Messaoud. Le musée Dinet occupe la maison que le peintre orientaliste se fit construire dans la ville arabe. On visite l’atelier ; on admire un autoportrait de 1891. L’attachement de Dinet à l’Algérie et à l’islam (conversion en 1913 ; monument funéraire à Boussaâda) était sincère et a trouvé dans son œuvre une expression dépassant le simple stimulus exotique.

JOUR 12

Boussaâda - Alger

Route pour Alger. Installation pour deux nuits dans une maison de style mauresque datant des années 1940. Elle a été restaurée et décorée avec goût dans un esprit algérois. Salle commune bien agréable, avec banquettes, coussins, etc. On vit là au rythme du quartier. Le centre ne se trouve qu’à quelques stations de métro (et celle du coin est toute proche). L’intérieur est lumineux, mais on peut y faire de l’ombre lorsque le temps l’exige. Les chambres sont simples et confortables. Le petit déjeuner est servi chaque matin. Si vous ne souhaitez pas déjeuner ou dîner dehors, vous avez accès, sur place, à la cuisine, joliment décorée de carreaux de faïence. La terrasse sur le toit, qui donne une vue splendide sur Alger, est encore un atout. Tout comme le hammam à domicile.

JOUR 13

Alger

Déjà prévu au programme - La Casbah en privé. C’est la médina, la ville arabe traditionnelle. Que les Turcs ont marquée de leur empreinte. Avec votre guide francophone, vous partez à la découverte d’une cité à la fois célèbre et mystérieuse, qui cache en partie ses richesses culturelles. Un dedans en constitue la valeur et la puissance de fascination. Les mosquées, les palais ottomans, les hammams, les maisons à portiques se devinent avant de s’aborder, et même jusqu’aux ateliers d’artisans - céramiste, peintre, dinandier, menuisiers, etc. - dont on se fait ouvrir les portes. Cependant, la Casbah a su rester populaire et gouailleuse. Le musée des Arts et traditions populaires documente utilement ce qui se passait (et se passe encore) derrière les murs.

JOUR 14

Alger - Vol retour

Transfert à l’aéroport et vol retour.

Budget estimé

Selon saison, types d'hébergements et activités
Le budget estimé pour ce voyage est de 4 700 € à 5 500 €/personne.

Parler de prix fixe lorsque l'on évoque un voyage sur mesure a peu de sens. En effet, celui-ci varie suivant de nombreux facteurs (niveau de prestations, période, délai de réservation et bien d'autres encore). Le seul prix exact sera celui de votre devis personnalisé.

Le prix moyen constaté pour ce voyage est de 4 900 €/personne.

  • Le vol pour Oran et retour d’Alger sur compagnie régulière
  • Le vol Oran / Béchar sur compagnie régulière
  • Les taxes aériennes et surcharge carburant
  • La neutralité carbone intégrale par absorption des émissions de co2 de votre voyage (par le biais de notre Fondation Insolite Bâtisseur Philippe Romero)
  • L’accès au salon Air France à Roissy, pour les départs de Paris
  • Les transferts, privés
  • Les 2 nuits à Oran, en chambre double avec petits déjeuners
  • Les 2 nuits à Taghit, en chambre double avec petits déjeuners
  • La nuit à Béni Abbès, en chambre double, demi-pension
  • Les 2 nuits à Timimoun, en chambre double, demi-pension
  • La nuit à el Goléa, en chambre double, demi-pension
  • Les 2 nuits à Ghardaïa, en chambre double avec petits déjeuners
  • La nuit à Boussaâda, en chambre double avec petit déjeuner
  • Les 2 nuits à Alger, en chambre double avec petits déjeuners
  • Un véhicule et un chauffeur-guide francophone privé pour l’ensemble du voyage à partir de Béchar
  • La visite des incontournables d'Oran, en privé
  • Taghit : balade privée en 4x4 dans les dunes
  • La visite des incontournables de Taghit, en privé
  • La visite de Béni Abbès, en privé
  • Un déjeuner privé chez l’habitant à Béni Abbès
  • La visite des incontournables de Timimoun, en privé
  • La visite de El Goléa en privé
  • La visite de Béni Isguen en privé
  • Ghardaïa, la palmeraie et son souk, en privé
  • La visite de Boussaâda et du musée Etienne Dinet, en privé
  • La visite de la Casbah d'Alger, en privé
  • Notre service conciergerie sur place
  • Un carnet de voyage rassemblant de nombreuses informations utiles (votre programme jour par jour, les coordonnées de vos hôtels, une sélection de bonnes adresses personnalisées et géolocalisée, etc.), disponible aussi sous forme d’application mobile
  • Nos recommandations, et la réservation éventuelle de certains restaurants


Réf: 1638375
Nos experts à votre écoute
Contactez nos conseillers specialistes pour créer votre voyage sur mesure
Contactez un spécialiste de l'Algérie