Vous aimerez
  • Retrouver une pièce perdue du puzzle européen : l’Albanie
  • Découvrir les vieilles villes ottomanes de Berat et Gjirokastra
  • Passer quelques jours sur la riviera albanaise : sable blanc, mer bleue, palmiers
  • Navigation sur le Drin, visites privées de Gjirokastra et Tirana, concierge à disposition sur place : les attentions Voyageurs

Contactez un spécialiste Albanie 01 42 86 17 90

Au pays des aigles

L’ancienne terre d’élection du radicalisme communiste possède l’un des plus beaux littoraux de Méditerranée. Aviez-vous envisagé Enver Hodja en maillot de bain ? Vous auriez dû, mais vous pouvez rattraper désormais le temps perdu en allant vous-même vous baigner à Vlora et Saranda. Auparavant, nous vous aurons entraîné au nord du pays, entre le lac de Shkodra et les défilés du Drin, à la recherche du paradis perdu. Vous verrez aussi Berat et Gjirokastra, qui, malgré les vicissitudes de l’histoire, ont gardé quasi intact leur charme ottoman. Ce seront aussi, un peu partout, des forteresses médiévales, des sites antiques, des parcs nationaux… L’Albanie est une véritable pochette surprise !
Jusqu’au stalinisme qui, allez, n’est pas toujours aussi mauvais architecte que ça. On le constatera à Tirana, qui en porte des traces monumentales. Nature, histoire, civilisation, l’Albanie est à la fois familière et inattendue, on s’y sent immédiatement à son aise. Elle a gardé des couleurs qu’on ne trouve plus ailleurs. Celles de la Syldavie peut-être. Du rêve voyageur en tout cas…

Votre voyage

De la frontière du Monténégro à celle de la Grèce, vous allez à la rencontre d’un pays très divers. Ces atmosphères contrastées, qui ne laissent pas cependant d’être méditerranéennes, se retrouvent à l’étape. Demeure ottomane rendue à tout son lustre, hôtel urbain executive, architecture balnéaire un peu naïve (à Saranda) ou pas (à Vlora), prolongent l’esprit des lieux. Dans chaque cas toutefois, un vrai confort et un personnel attentionné et aimable. Si la palette de services n’est pas toujours aussi large qu’ailleurs, le développement qualitatif de l’hôtellerie albanaise n’en est pas moins spectaculaire. Bonne table et bon couvert sont assurés aux quatre coins du pays. Les déplacements ne posent pas de problèmes particuliers aux conducteurs attentifs, le réseau routier lui aussi ayant été notablement amélioré ces dernières années. Afin de vous faire économiser un temps précieux en voyage, nous avons d’emblée inscrit à votre agenda et organisé une journée au paradis perdu de Koman et des visites privées de Gjirokastra et Tirana avec des guides francophones. Trois incontournables.

Itinéraire

Suggestion 100% personnalisable selon vos envies
JOUR 1

Vol pour Tirana - Shkodra

Accueil et prise en compte de la voiture de location. Route pour Shkodra, installation pour deux nuits dans un hôtel où, des murs à la table, et de la courtepointe aux instruments aratoires qui composent le décor, l’Albanie traditionnelle est célébrée dans tout le chatoiement de ses couleurs. Cette rusticité joyeuse, confortable et engagée augure très bien du voyage. Et la cuisine maison, faite de beaux ingrédients fournis par les fermes de la région, parle du pays avec une succulente éloquence.
Shkodra est installée au bord du plus grand lac des Balkans (où règne la carpe commune et nidifie une rare population de pélicans frisés). La vieille ville est encore pleine de charme. L’imposante forteresse de Rozafa, essentiellement vénitienne dans sa forme actuelle, est un monument emblématique, qui abrite les vestiges de la dernière mosquée encore visible à Shkodra (XVe siècle - dédiée à Mehmed II). Le pont ottoman de Mes, à quelques kilomètres au nord-est, est d’une harmonieuse souplesse.

JOUR 2

Shkodra

Au programme - Le paradis perdu. On part de bon matin pour le lac de retenue du barrage de Koman. La navigation dans les canyons noyés du Drin étonne et ravit les voyageurs. L’ingénierie et l’érosion ont créé ici un paysage majestueux. Le paradis se trouve au nord du lac : des eaux limpides, un bois, une petite plage de galets, avec autour de hauts murs calcaires auxquels s’accroche une végétation persévérante. Pique-nique roots, promenade, baignade… Et, c’est inévitable, considérations sur l’énormité du temps géologique. Il faut cependant songer à réembarquer, car la marine a des horaires, pas des ères.

JOUR 3

Shkodra - Berat

Route pour Berat. Nuit dans le centre historique. L’hôtel est de style traditionnel, pierre, bois, encorbellement. Le restaurant se fait un point d’honneur de servir une cuisine à laquelle souscriraient les anciens du district. Le vieux Berat est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il fait d’ailleurs l’effet d’une machine à remonter le temps et l’on se retrouve soudain, au détour de telle ruelle saugrenue de Mangalem, en plein âge d’or du pittoresque balkanique. Une forteresse médiévale domine la ville aux mille fenêtres. On peut y voir l’église Shën Mëri Vllahernës, datant du XIIIe siècle et décorée de fresques du XVIe. Un fin minaret signale la Xhamia Mbret, mosquée construite au XVe siècle par Bajazet II. Le tekké Halveti, somptueusement décoré, date du XVIIIe siècle ; non loin se trouverait la tombe du « messie » Sabbataï Tsevi (1626-1676).

JOUR 4

Berat - Vlora

Route pour Vlora. Installation pour deux nuits dans un hôtel moderne à flanc de colline. Une cascade de balcons et de terrasses donne sur la mer. En contrebas, une plage. C’est fait sans excès de tralala mais sans désinvolture, et l’architecture n’est pas du tout indigne (elle rappellerait même les fenêtres de Berat). Et à regarder autour de soi, en pensant à ce qu’est souvent devenu le littoral méditerranéen, on aurait presque une pensée émue pour Enver Hodja !

JOUR 5

Vlora

On est ici sur la riviera albanaise et il n’y a pas de raison d’en profiter autrement qu’en s’allongeant sur le sable, qu’en se glissant dans l’eau claire, qu’en plongeant, qu’en embarquant dans les bateaux qui sortent en mer. La passerelle qui mène directement de l’hôtel à la plage est l’évidence-même. Toutefois, si l’on souhaite soustraire quelques heures aux serviettes et aux maillots, on peut aller visiter le parc national Llogara et randonner sous de beaux couverts de pins noirs, de pins de Bosnie, de sapins de Bulgarie, de frênes, voir voler le Vautour fauve et l’Aigle royal, espérer apercevoir un chevreuil ou des chamois… Le monastère Sainte Marie de l’île de Zvernec (XIIIe siècle) dans la lagune de Narta est une petite merveille, qui prend toute sa dimension à l’occasion des fêtes mariales du 15 août.

JOUR 6

Vlora - Saranda

Route pour Saranda. Installation pour trois nuits dans un établissement très représentatif de la vocation balnéaire de la ville. L’atmosphère est plutôt vacances, avec plage équipée à cinquante mètre et toutes sortes de facilités urbaines. En se promenant, on voit des édifices début XXe, des ensembles de période socialiste, des réalisations plus récentes, l’histoire en somme des bains de mer albanais. C’est une chose à laquelle on ne pense pas d’emblée en songeant au pays des aigles… Les côtes du pays sont pourtant parmi les plus agréables de mare nostrum.

JOURS 7 & 8

Saranda

Longues plages de sable, parasols, palmiers ébouriffés, Saranda joue bien le coup. On apprécie, comme on apprécie Rimini, par exemple. Le site archéologique de Butrint rappelle cependant l’Albanie antique au bon souvenir de qui se laisserait engluer par la crème solaire. La ville grecque a connu son apogée au IVe siècle avant JC, ce dont témoignent des fortifications, une acropole, un théâtre, un temple d’Asclépios, auxquels les Romains devaient ajouter des thermes, une salle de fitness, pardon un gymnase, un aqueduc et le paléo-christianisme des églises. Tout cela puissamment évocateur et protégé par un parc national (où l’on trouve aussi, autour du petit village de Ksamil, quelques plages de référence).

JOUR 9

Saranda - Gjirokastra

Route pour Gjirokastra. Installation pour deux nuits dans une maison de la vieille ville. L’aménagement a respecté la disposition (de longues banquettes dans les chambres rappellent la manière ottomane) et les matériaux traditionnels. De sa fenêtre, on peut contempler l’étagement des toits de lauzes des kule. On se sent alors comme l’un des marchands prospères qui firent construire au XVIIe et XVIIIe siècle ces demeures où se mêlent héritages turc et albanais.

JOUR 10

Gjirokastra

Au programme - Découverte des quartiers historiques en compagnie d’un guide privé francophone. A pied par les ruelles pavées, et de la citadelle du XIIIe siècle au bazar (XVIIe-XIXe siècles) que domine la Xhamia e Pazarit, la mosquée (XVIIIe siècle), en passant par la maison natale d’Ismail Kadaré (dont on relira avec profit Chronique de la ville de pierre), la promenade révèle toutes les raisons qui ont amené l’UNESCO à inscrire la ville au patrimoine mondial : une architecture splendide et préservée en un ensemble d’une cohérence peu commune (auquel seul Berat peut être comparé), le témoignage d’un monde qui avait ses contraintes mais aussi ses accommodements, la profondeur historique et une certaine poésie.

JOUR 11

Gjirokastra - Tirana

Route pour Tirana. Nuit dans un établissement du centre.
Au programme - Avec un guide privé francophone, visite de Tirana. Les monuments d’époque communiste font partie du paysage ; place Skanderbeg, l’inspiration est plutôt mussolinienne, mais tout près se trouvent la Xhamia e Et’hem Beut, la mosquée Et’hem Bey, et la tour de l’horloge, splendides réalisations ottomanes (début du XIXe siècle). On passera aussi le pont de Tabakkane (XVIIIe siècle), sur la rive droite de la rivière Lana. Le musée national d’histoire célèbre la culture albanaise depuis le Paléolithique.

JOUR 12

Tirana - vol de retour

Rendu de la voiture à l’aéroport et vol de retour.

Budget estimé

Selon saison, types d'hébergements et activités
Le budget estimé pour ce voyage est de 1500€ à 1900€/personne. Parler de prix fixe lorsque l'on évoque un voyage sur mesure a peu de sens. En effet, celui-ci varie suivant de nombreux facteurs (niveau de prestations, période, délai de réservation et bien d'autres encore). Le seul prix exact sera celui de votre devis personnalisé. Le prix moyen constaté pour ce voyage est de 1650€/personne.
  • Le vol aller-retour pour Tirana
  • Les taxes aériennes
  • L’accueil à l’aéroport par notre correspondant francophone
  • Les onze nuits en chambre double avec petits-déjeuners
  • La location pour douze jours d’une voiture de tourisme
  • Les visites avec guide privé francophone prévues par le programme
  • Notre service conciergerie sur place
  • Réf: 1339977
    Nos experts à votre écoute
    Contactez nos conseillers specialistes pour créer votre voyage sur mesure
    Contactez un spécialiste de l'Albanie

    Vous aimerez aussi