Population

70 786 habitants

Langue officielle

La Dominique doit composer avec trois langues sur son territoire: le créole, la langue de la majorité des Dominiquais, l'anglais, la langue officielle léguées par les derniers colonisateurs, puis le français, la langue ayant servi de base lexicale au créole dominiquais et celle des îles voisines que sont la Guadeloupe et la Martinique.

Langue parlée

L'anglais est la langue officielle. Il existe également un patois d'origine française. Petit lexique : Créole dominiquais /Français 1. Bon jou, Misyè. 2. Jòdi sè yon bèl jou. 3. Mon pa ni lajan. 4. Ou sè moun hòd ki pèyi? 1. Bonjour, Monsieur. 2. Aujourd'hui, il fait beau. 3. Je n'ai pas d'argent. 4. Quelle est votre nationalité?

Peuple

Elle comprend 89 % de Noirs, 7,2 % de Métis, 2,5 % d'Amérindiens, 0,4 % de Blancs et 0,9 % d'autres ethnies.

Réligion

77% catholique, 15% protestant, autre 6%, aucun 2%.

Fête Nationale

Jour De l'Indépendance, 3 Novembre (1978)

Calendrier des Fêtes

La musique tient une part importante dans la culture et les traditions de l’Ile de la Dominique, et doit sa richesse aux diverses influences des ancêtres caribéens, africains et européens. Différents styles musicaux existent et notamment la musique créole. Les dominiquais ont su développer leur propre style de musique. On retrouve le Jing Ping qui est une musique traditionnelle jouée avec des instruments traditionnels. On l’entend beaucoup en Octobre et durant les fêtes de l'indépendance où il est utilisé pour des spectacles de danses. Il y a aussi le Bouyon qui est un mélange de styles de musique traditionnelle et moderne de la Dominique. On retrouve également sur l’île des danses comme le Bele et le quadrille. Le Bouyon est d’ailleurs utilisé avec le quadrille et le bele lui donnant un style moderne. D’autres genres de musique sont également présents sur l’île comme le reggae, le soca, le zouk, la cadence-lypso ou encore le calypso. On peut également découvrir en Dominique la musique des Indiens Caraïbes avec leurs instruments de musique folklorique La Dominique est une île festive où plusieurs mois de l’année sont synonymes de fête. Tout d’abord, en Février se déroule pendant deux jours le carnaval de la Dominique. Le «Mas » dominiquais (synonyme de « mascarade ») est considéré comme le carnaval le plus authentique et le plus original des Caraïbes. Le plus grand défilé se trouve à Roseau, dans la capitale. Tous les Dominiquais répondent présents à cette fête, défilent et dansent dans les rues avec des costumes traditionnels au rythme du calypso et des percussions. On y retrouve concerts, parades, concours des meilleurs chanteurs de calypso, élection de la reine du carnaval et un célèbre défilé au levé du soleil, le tout dans la joie et la bonne humeur. Il y a aussi le Teway Vaval, ce défilé a lieu sur le territoire caraïbe et à Dublanc sur la côte ouest de l’île. Lors du Teway Vaval on enterre l'esprit de carnaval jusqu'à la saison prochaine. Vers le mois de Mai/Juin, on peut découvrir le festival Jazz’n creole. On retrouve alors de nombreux concerts de jazz et de musique créole à Fort Shirley dans le Cabrits National Park. Ensuite en Juillet, l’Ile de la Dominique célèbre la fête de la Plongée organisée par l’association des sports nautiques. Tous les centres de plongée de l’île ouvrent alors leur porte et offrent pendant deux semaines initiation, démonstration, sortie en mer nocturnes, courses de canoë-Caraïbes… L’objectif principal du festival de plongée est d’impliquer les jeunes dans les activités nautiques et leur enseigner l'importance de la vie marine ainsi que sa préservation. Pendant cette fête différents événements spéciaux sont organisés pour les enfants comme par exemple des cours de natation, des initiations à la plongée et des chasses au trésor. La fête de la Plongée a également pour but de former de nouveaux moniteurs de plongée. C’est une bonne occasion de découvrir la plongée et les magnifiques sites qu’offre l’Ile de la Dominique. Début Août, on retrouve le festival de l’émancipation en hommage aux ancêtres victimes de l’esclavage en Dominique. On y retrouve des spectacles de danses, de théâtres, de poésies et de percussions. En complément de ce festival une randonnée national a également été mise en place, le Neg Marron Emancipation Hike, retraçant le chemin emprunter par les esclaves Dominiquais. Le mois d’Octobre est le mois où l’on célèbre la culture créole et son riche héritage. Tous les vendredis d’Octobre, les Dominiquais se parent de leurs plus beaux costumes traditionnelles et le dernier vendredi d’Octobre, qui est le Jour Créole, ils défilent dans les rues au son de musiques traditionnelles. La célébration de l'indépendance commence en Octobre et se termine début Novembre par des concours de danses culturelles, des chansons, des poèmes, des contes. La cuisine locale y est également promue. Le World Creole Music Festival vient animer les rues de la capitale, Roseau, en Octobre. Pendant trois jours, des musiciens en provenance du monde entier font découvrir, ou plutôt redécouvrir la cadence lypso, le bouyon, le zouk, le merengue etc. De nombreux concerts rendent hommage à la culture créole. Le festival de Roseau a acquis depuis quelques années une renommée festive internationale et attire de plus en plus un public étranger.

Histoire

En 1493 Christophe Colomb passe au large de l'île et lui donne le nom de Dominica (un dimanche). Contrairement à d'autres îles des Antilles, la Dominique n'intéresse que peu les Espagnols qui trouvent son accès difficile (avec ses côtes déchiquetées surmontées de falaises) et sans richesses minières. La population d'Amérindiens Caraïbes n'est pas inquiétée. Néanmoins, une petite colonie espagnole s'y implante, et vie en harmonie avec les Arawaks jusqu'au XVIIe siècle. XVIIe siècle Espagnols, Français et Anglais se disputent la possession de la Dominique. Très vite les espagnols laissent les Français et les Anglais s’affronter pour la gouverner. En 1627, les Anglais prennent possession de l’île sans pour autant s’y installer. En 1632, elle devient une colonie française et en 1660, après leurs canonnades qui détruisent complètement Roseau, ils décident d’un commun accord de laisser la possession de l’île aux Caraïbes. XVIIIe siècle Déjà installés à la Martinique et à la Guadeloupe, les Français s'implantent petit à petit à la Dominique en y introduisant la culture du café. Ils importent des esclaves africains pour combler la main-d'oeuvre dont ils ont besoin. Mais les Britanniques s'approprient de nouveau l'île en 1759. Quelques années plus tard, le traité de Paris de 1763 met fin à la guerre des Sept Ans et octroie l'île aux Britanniques. Ces derniers font de la Dominique une île à sucre; la culture du café périclite. XIXe siècle En 1805, les Français rompent le traité et tentent de s’emparer de la Dominique. Roseau est à nouveau détruite par le feu. Après une dernière tentative de reconquête, l'île redevient définitivement britannique en 1814. En 1833, l’esclavage y est aboli, et en 1898 la Dominique reçoit le statut de Colonie de la Couronne Britannique. XXe siècle La colonie devient état associé au Commonwealth en 1967 et entame son processus d’indépendance, liée notamment à l’installation d’un régime démocratique. Elle accéde à l'indépendance le 3 novembre 1978. Cette Constitution instaure un régime parlementaire: le premier ministre est le chef de l'État. En août 1979 l’île est terriblement frappée par le cyclone David entraînant une grave crise économique et sociale. Cette même année, en décembre, la Dominique devient membre de la Francophonie. En 1980, Mary Eugenia Charles surnommée « La Dame de Fer des Antilles » est élue premier ministre. Après une période mouvementée (tentatives d'invasions par des mercenaires, militants «rastafarian», coups d’états manqués), l’île retrouve sa stabilité. En 1996, un nouveau premier ministre est élu, Edisson James, et ouvre la Dominique au tourisme. Aujourd’hui En 2000, la Dominique élit le très charismatique Roosevelt Douglas, qui entreprend une croisade pour faire connaître son pays et demander un soutien international. Il décéde six mois plus tard. Son bras droit, Pierre Charles est élu Premier ministre en 2003. Puis lui succéde Roosevelt Skerrit, le plus jeune Premier ministre, âgé d’une trentaine d’années qui dirige actuellement le pays.

Politique

République parlementaire. La Dominique fait partie du Commonwealth. Bernard Shaw, président. Roosevelt Douglas, chef du gouvernement.

Célébrité

La romancière Jean Rhys dont le roman le plus connu est "la prisonnière des Sargasses" est née à la Dominique.

Savoir-vivre

Le pourboire est soumis à votre libre appréciation. Pour toutes les personnes intervenant dans le cadre des prestations achetées par notre intermédiaire, vous avez l’assurance qu’il ne se substituera jamais au salaire. Néanmoins, il est d’usage dans la quasi-totalité des pays au monde de donner un pourboire lorsque l’on a été satisfait du service. Pour les chauffeurs nous vous conseillons au minimum l’équivalent de 1.5 € ou 2 $ par jour et par personne. Nous vous conseillons le double pour les guides. En ce qui concerne le personnel local (porteurs, serveurs, etc) les usages sont très variables. Nous vous conseillons de caler votre pourboire en fonction de l’économie locale : le prix d’une bière ou d’un thé, d’un paquet de cigarettes locales, etc vous donneront un aperçu du niveau de vie et vous permettront comme vous le faites naturellement chez vous de caler le montant de votre pourboire si celui-ci vous parait justifié.

Achat

Paniers, poupées créoles,huile de noix de coco et tissages en verti-vert.

Cuisine

Goûtez aux trésors simples de la terre et de la mer avec une abondance de fruits, de légumes et de fruits de mer. Au moment de passer à table dans un des restaurants côtiers dominiquais, vous êtes certains que votre repas ne provient pas du rayon des surgelés du supermarché - entre autres du jus de cerises caribéen fraîchement cueillis, au plateau de fruits jusqu'aux poissons livré par le pêcheur lui-même. Tout cela et bien plus, les plats sont assaisonnés et préparés avec un grand savoir-faire, pour une explosion de saveurs typiquement caribéens. De petites unités industrielles produisent des jus de fruits, des confitures et des sirops aux fruits tropicaux (Usine BELLO). BELLO est également un producteur d'excellentes sauces piquantes dont la plupart sont exportées dans les îles françaises et américaines. D’autres produisent des chips de bananes plantain, du tofu de soja, du thé et du "café-dominique". Les entreprises les plus importantes occupent le marché de la bière locale (Kubuli), de la peinture (HARRIS), du savon et des bougies (Candle Industrie), des cartons et des sacs en plastique (Paul Plastique). La Dominique produit également des savons à base d’huiles essentielles (Coal Pot) et de l’eau de source. (Loubière et Trois-Pitons)

Boisson

Ne manquez pas de goûter aux spécialités locales comme la Kubuli, bière locale très rafraîchissante, les différents punchs préparés à base de fruits frais et de rhum dominiquais et bien sûr, tous les jus de fruits frais proposés dans les gargotes.

Idées voyages à la Dominique

Puisez l’inspiration dans nos suggestions avant de créer le voyage qui vous ressemble
Contactez directement un conseiller spécialiste au 01 42 86 16 39
Contactez un spécialiste de la Dominique