Vous aimerez
  • Explorer les trésors d’art des Balkans à travers trois pays bien plus grands que leur taille
  • Les fresques bouleversantes des églises chrétiennes, l’élégance des mosquées ottomanes
  • Une voiture particulière avec chauffeur et guide francophone, des visites tout du long : c’est prévu !
  • Appli smartphone avec GPS, neutralité carbone intégrale, conciergerie francophone : les + Voyageurs

Contactez un spécialiste Macédoine 01 55 42 78 42

Incursion balkanique

Dans les Balkans, il y a les poids lourds, comme la Grèce, la Bulgarie ou la Croatie, et puis il y a les modestes, tels l’Albanie, la Macédoine du Nord ou le Kosovo. Ces derniers conservant pourtant l’essentiel de la Balkan touch : diversité, couleurs, spontanéité, identités farouches, esthétique quotidienne. Et cuisines roboratives. Ce voyage commence au Kosovo, dont le statut international fait encore l’objet de tergiversations - ce qui n’empêche pas les Kosovars d’aller de l’avant. On ne s’étonne pas de trouver un héritage ottoman à Pristina, Pejë / Pec ou Prizren, mais si riche ! Les églises orthodoxes pourtant ne leur cèdent rien en termes de conception plastique et de hauteur de vue.
En Europe, la plaine du Kosovo est une zone d’hypersensibilité. En Macédoine du Nord, on sent un climat plus apaisé : la mosquée peinte de Tetovo dialogue avec l’art décoratif centre-européen ; les fresques de l’église Saint-Panteleimon, près de Skopje, risquent l’orthodoxie sur les voies de l’humanisme. Les cevapi, rouleaux de viande grillée, régalent tout le monde. L’architecture traditionnelle d’Ohrid fait remarquer la cité ; le lac au bord duquel elle se trouve bat des records de profondeur et d’ancienneté. Les monts Sar, protégés par des parcs nationaux, constituent un lien naturel spectaculaire entre les trois pays. Et voici l’Albanie. L’est, autour de Korçë, viticole et un temps isolé, réserve d’excellentes surprises aux voyageurs. Tirana quant à elle a secoué la grisaille des années Hoxha et expérimente dans toutes les directions. Ce qui la rend éminemment sympathique et attachante. Voyager dans les Balkans, c’est d’ailleurs prendre le risque de l’attachement !

Votre voyage

Une voiture particulière climatisée avec chauffeur et guide francophone, voilà l’outil logistique principal de votre voyage. Ainsi doté, vous allez partout, dans les meilleures conditions. Distances, reliefs, état des chaussées, tout confirme que cette formule est la bonne. D’un bout à l’autre de l’itinéraire. A l’étape, un hôtel des plus convenables vous fournit les éléments du repos et de la restauration, du corps comme de l’esprit. Central, il offre en outre la possibilité de balades vespérales évidentes. Les visites s’effectuent au cours des trajets, qui ne sont plus, du coup, de simples liaisons, mais des chemins de découverte à part entière. On voit ainsi Pristina, la plaine du Kosovo, Tetovo, Korçë. A Skopje, Ohrid et Tirana, puisque deux jours le permettent, on entre dans le détail. Et si, en cours de route, un désir non prévu ou un léger contretemps survenait, vous disposez pour y répondre des coordonnées de notre service de conciergerie sur place.

Itinéraire

Suggestion 100% personnalisable selon vos envies
JOUR 1

Vol pour Pristina / Kosovo - Pejë

Déjà prévu au programme - Prise de contact avec le guide et le chauffeur et visite de Pristina. La mosquée du Bazar est le plus ancien monument de la ville, édifiée à partir de 1389 pour célébrer la victoire turque de Kosovo Polje (contre une coalition menée par le roi serbe Lazar Hrebeljanovic). Un lieu de susceptibilité donc. Le sultan Mehmet II le Conquérant a commandé en 1460 la belle mosquée Impériale, dans le style de Bursa, très en faveur dans les Balkans. Le grand hammam date de la même époque. Le musée du Kosovo occupe lui un bâtiment de austro-hongrois construit en 1889 ; le musée ethnographique documente de façon très séduisante la vie pendant la période ottomane.
Route pour Pejë / Pec. Nuit à trois cents mètres du vieux bazar. Votre hôtel, traditionnel à l'extérieur, a opté pour un intérieur moderne. Déco élégante des parties communes, avec un certain décorum. Dans les chambres, l'atmosphère varie mais, en général, elles affichent une sobriété fonctionnelle. Toutes sont convenablement équipées et confortables. Au restaurant, cuisine albanaise et méditerranéenne pro. Les amateurs apprécient l'espace narguilé néo-ottoman. Les services du spa de jour donnent toute satisfaction. Sauna, piscine intérieure et jacuzzi viennent en appui bien-être. Une salle de gym ne pouvait manquer au dispositif.

JOUR 2

Pejë - Prizren - Skopje / Macédoine du Nord

Déjà prévu au programme - La plaine du Kosovo. La journée commence par la visite des monastères de Pejë, XIIIe-XIVe siècles, et Visoki Decani, XIVe. Dans celui-ci, des fresques flamboyantes exaltent le Christ et la monarchie serbe. Le premier est une stavropégie : il dépend directement du patriarche de l’Eglise orthodoxe serbe. L’un et l’autre pointent au patrimoine mondial de l’Unesco. Puis, route pour Skopje, par le parc national des monts Sar. Sur les reliefs, forêt mixte des Balkans : chêne de Hongrie, chêne pubescent, hêtre commun, pin sylvestre, etc. Enfin, à Prizren, une promenade permet d’admirer le vieux pont de pierre, XVe siècle ; l’église orthodoxe serbe Notre-Dame de Ljevis, XIIe siècle, patrimoine mondial - belles fresques du XIVe ; la mosquée de Suzi Çelebi, XVIe siècle, l’une des plus anciennes du Kosovo ; l’emblématique mosquée Sinan Pacha, XVIe siècle ; le hammam de Gazi Mehmet Pacha, XVIIe siècle ; de nombreuses maisons ottomanes.
Passage en Macédoine du Nord. Installation pour deux nuits dans le centre de Skopje. De la terrasse de cet hôtel urbain, on a vue sur la place de Macédoine. La décoration est résolument internationale. Le design relevant d'un certain classicisme moderne. Blanc et gris dominent, qu'animent des touches prune, feuille morte, pourpre. Vous prenez le petit déjeuner dans une salle à manger nette et fonctionnelle. Les chambres offrent un niveau global d'équipement tout à fait satisfaisant.

JOUR 3

Skopje

A Skopje, des Balkans tels qu’on les aime : divers, colorés, vifs, ouverts aux voyageurs. La forteresse médiévale domine la ville. Un peu en contrebas, les ruelles du vieux bazar débouchent encore sur d’importants édifices ottomans, comme la mosquée Mustafa Pacha, XVe siècle, ou le hammam Daout Pacha, XVe siècle, qui abrite les collections de la galerie nationale de Macédoine, la tour de l’horloge, XVIe siècle ; ou chrétiens, comme l’église Saint-Sauveur, XIXe siècle. Mais les choses ne s’arrêtent pas là, il faut encore prendre en compte les constructions Secessionsstil et modernistes de la ville neuve.
Déjà prévu au programme - La vieille-ville de Skopje et ses environs. Découverte des quartiers historiques en compagnie de votre guide. On va aussi jusqu’à la monumentale croix du millénaire, érigée sur le mont Vodno pour commémorer la christianisation du pays. A quelques kilomètres de Skopje, à Gorno Nerezi, l’église Saint-Panteleimon, XIIe siècle, renferme des fresques admirables. Le réalisme poignant des représentations esquisse une veine humaniste dans l’hiératisme byzantin. Le canyon de Matka (et son lac alimenté par la rivière Treska) est un site naturel splendide ; on y navigue, on s’y baigne, on visite les grottes - Vrelo et ses impressionnants spéléothèmes - et les monastères : Matka et Saint-André, XIVe siècle, Saint-Nicolas, avant le XVIIe siècle, etc. Fresques encore dont, malgré des thèmes répétés, on ne parvient pas à se lasser.

JOUR 4

Skopje - Ohrid

Déjà prévu au programme - La mosquée peinte de Tetovo, 1438 et 1833, est unique en son genre. Intérieur et extérieur, des décors polychromes la couvrent entièrement, dans un goût rococo islamique inhabituel. Le tekké Arabati Baba, du XVIe siècle, a abrité des derviches bektachis jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui inoccupé, il n’en demeure pas moins un monument emblématique et un bel exemple de charpenterie ottomane. Dans le parc national de Mavrovo, on poursuit son exploration des monts Sar. La géologie produit ici des effets spectaculaires. Les reliefs paraissent avoir favorisé les jeux d’eau : sources, torrents, chutes animent un peu partout le paysage. La cascade de Korab, sur le cours de la Dlaboka, est la plus haute des Balkans.
A Ohrid, installation pour deux nuits dans le centre, entre la cathédrale et une petite plage lacustre privée : le cas échéant, vous vous baignez dans l’un des doyens des lacs mondiaux, l’Ohrid ayant plus d’un million d’années. Votre hôtel occupe une maison traditionnelle. La décoration des parties communes en a retenu quelque chose : tapis, bois ciré, mobilier raccord. Les chambres sont simples, mais correctement équipées. Au restaurant, le chef cuisine macédonien d’hier et d’aujourd’hui. Il sait aussi faire des pizzas dignes de ce nom. Pour faciliter la découverte de la ville, la maison loue des vélos.

JOUR 5

Ohrid

Déjà prévu au programme - Ohrid, cité macédonienne. Avec votre guide, visite de la vieille-ville, resserrée au pied de la forteresse de Samuel, Xe siècle, au chapelet de tours carrées. Du tracé médiéval des rues et d’un ensemble harmonieux de maisons XVIIe-XIXe émanent beaucoup de pittoresque et de charme. Parmi les édifices marquants, on relève le théâtre grec, Ier siècle ; la cathédrale Sainte-Sophie (aux fresques inoubliables - XIe-XIVe siècles) ; la maison des Robevi, splendide demeure urbaine des années 1860 ; l’église Saint-Jean de Kaneo, XIIIe siècle, petite merveille d’architecture byzantine, où l’on n’arrive qu’à pied ; l’église Sainte-Mère de Dieu Perivleptos, XIIIe siècle, dont le programme de fresques laisse pantois : les peintres Michel et Eftychios Astrapas ont travaillé là en dignes fils de saint Luc ! Et si vous avez le sentiment d’avoir déjà vu ce style quelque part, vous avez raison : à Notre-Dame de Ljevis, à Prizren.

JOUR 6

Ohrid - Korçë / Albanie - Tirana

Déjà prévu au programme - Route pour Korçë, en Albanie. Le tekké d’ici joue encore un rôle de centre spirituel et a fixé dans le secteur une communauté bektachie consistante. Les Français ont occupé la ville pendant la Première Guerre mondiale : le 2 octobre 1916, le 1er régiment de chasseurs d’Afrique y cantonne ; la région va être administrée par Paris jusqu’en 1920. Il reste de cet épiphénomène politico-militaire une atmosphère dans quelques quartiers. Si on va au musée national d’art médiéval, l’un des plus beaux musées d’Albanie, on n’aura peut-être pas le temps de faire autre chose, mais peu importe, La résurrection de Lazare, d’Onouphrios de Neokastro, XVIe siècle, est une pure merveille. Quant à l’église Saint-Athanase de Voskopojë, un historien enthousiaste l’a qualifiée de chapelle Sixtine des Balkans. Voudrait-on manquer ça ?
A Tirana, installation pour deux nuits à Ish-Blloku, quartier chic où alternent ministères, restaurants, bars et boutiques trendy. L'un des secteurs phares de la capitale postcommuniste. Le bâtiment, d'esprit rationaliste italien, date des années 1930. Entièrement rénové, c'est un hôtel sûr et confortable. Décoration classique, chambres équipées aux standards internationaux, services rendus avec un professionnalisme précis. Au restaurant, on concocte, avec des ingrédients bio, une cuisine albanaise et internationale de qualité. La salle fitness indique que les valeurs urbaines de forme et de tonicité ont prise sur l’Albanie d’aujourd’hui.

JOUR 7

Tirana

Déjà prévu au programme - Tirana, Une ville haute en couleurs. En compagnie d’un guide privé francophone, visite d’une ville que son maire a faite repeindre, littéralement. Des couleurs pleines de tonus indiquent au voyageur que Tirana entend n’être pas oubliée et veut prendre toute sa part au nuancier des nations. Les monuments d’époque communiste structurent le paysage urbain. Place Skanderbeg, l’inspiration dérive plutôt vers l’Italie mussolinienne mais, tout près, se trouvent la Xhamia e Et’hem Beut, la mosquée Et’hem Bey, et la tour de l’horloge, splendides réalisations ottomanes (début du XIXe siècle - la seconde permettait de se rendre à l’heure à la première). On passera aussi le pont de Tabakkane, XVIIIe siècle, sur la rive droite de la rivière Lana. Le musée national d’histoire célèbre la culture albanaise depuis le Paléolithique.

JOUR 8

Tirana

Transfert à l’aéroport et vol retour.

Budget estimé

Selon saison, types d'hébergements et activités
Le budget estimé pour ce voyage est de 2500€ à 3100€/personne.

Parler de prix fixe lorsque l'on évoque un voyage sur mesure a peu de sens. En effet, celui-ci varie suivant de nombreux facteurs (niveau de prestations, période, délai de réservation et bien d'autres encore). Le seul prix exact sera celui de votre devis personnalisé.

Le prix moyen constaté pour ce voyage est de 2700€/personne.
  • Le vol aller pour Pristina et retour de Tirana
  • Les taxes aériennes et surcharge carburant
  • La neutralité carbone intégrale par absorption des émissions de CO2 de votre voyage (par le biais de notre fondation Insolite Bâtisseur Philippe Romero)
  • Les transferts, privés, avec un guide francophone
  • La nuit à Pejë, en chambre double, avec petit déjeuner
  • Les 2 nuits à Skopje, en chambre double, avec petits déjeuners
  • Les 2 nuits à Ohrid, en chambre double, avec petits déjeuners
  • Les 2 nuits à Tirana, en chambre double, avec petits déjeuners
  • Pristina en privé, avec un guide francophone
  • La plaine du Kosovo en privé, avec un guide francophone
  • Skopje et ses environs en privé, avec un guide francophone
  • La mosquée peinte de Tetovo et le parc national de Mavrovo, Ohrid en privé, avec un guide francophone
  • Korçë et Voskopojë en privé, avec un guide francophone
  • Tirana, une ville haute en couleurs, en privé, avec un guide francophone
  • Nos services de conciergerie sur place
  • Le Wifi gratuit pendant votre voyage : un mini routeur international remis avant le départ, permettant de connecter jusqu’à 5 terminaux simultanément
  • Un service de navigation GPS accessible depuis l’application Voyageurs du Monde, chargé avec votre parcours, les coordonnées de vos hôtels et bonnes adresses
  • Réf: 1533641
    Nos experts à votre écoute
    Contactez nos conseillers specialistes pour créer votre voyage sur mesure
    Contactez un spécialiste de la Macédoine