Vous aimerez
  • Faire le tour du pays, de Tbilissi à la mer Noire et de celle-ci aux neiges éternelles du Caucase
  • Des sites Unesco remarquables, des paysages spectaculaires et la culture des montagnes
  • Tbilissi en ami, une voiture avec chauffeur pour aller et s’arrêter partout, c’est prévu !
  • Appli smartphone avec GPS, neutralité carbone intégrale, conciergerie : les plus Voyageurs

Contactez un spécialiste Géorgie 01 83 64 79 26

La Géorgie tous azimuts

Combien de départs ont-ils été déclenchés par le mystère d’un nom ! Colchide, Svanétie, Mingrélie, la Géorgie a de quoi susciter le songe voyageur. Votre itinéraire commence à Tbilissi, que l’on sait être la capitale du pays, mais dont on ignore en général à quel point elle sait séduire. Le visiteur se laisse prendre à ses charmes sans même s’en apercevoir. De Batoumi, par contre, on n’aurait pas juré pouvoir dire où cela se situe. Sur la riviera de la mer Noire. Les Grecs pontiques et les camarades soviétiques vous y ont précédé, parce qu’ils en appréciaient la douceur du climat. Viennent ensuite Mestia et la Haute-Svanétie, terre rude et isolée, d’une beauté farouche, sur laquelle veillent encore les hautes maisons-tours traditionnelles.
On touche ici à la quintessence de la Géorgie. Plus au sud, Koutaïssi est le chef-lieu de l’Iméréthie, mais le parlement national s’y tient, ce qui en fait aussi la ville de la légitimité politique. Autour, les monastères fixent comme des clous la culture géorgienne à son territoire. Cela vaut une halte. Enfin, on se dirige vers les élévations du Haut-Caucase. Autour de Stephantsminda, les paysages élargissent le sentiment de vivre. Les bandits d’honneur doivent encore y boire le vin dans de grandes cornes. En Géorgie, le romanesque est une seconde nature.

Votre voyage

Après trois jours passés à Tbilissi, que l’on a rejoint par vol direct, la partie itinérante du voyage débute. Par un trajet ferroviaire de première classe pour gagner le port de Batoumi sur la mer Noire. Ensuite, on fait la route en voiture particulière avec chauffeur. Si les chaussées s’améliorent, le réseau reste peu dense et parfois dégradé dans les régions reculées. Ainsi en Svanétie (il suffit cependant de regarder par la fenêtre pour être dédommagé d’un peu de patience). La liaison Koutaïssi / Stephantsminda demande cinq heures ; mais on peut, éventuellement, la diviser en deux par une étape à Mtskheta. Au regard de l’intérêt des sites, ces contraintes pèsent peu. Partout, vous trouvez des hôtels mieux que nominaux. Simples en général, mais bien tenus et confortables. Une bonne absence de prétention valant toujours mieux que de la poudre aux yeux. Vous découvrez Tbilissi au pas géorgien, avec un guide francophone privé ; on vous conduit à l’immanquable jardin botanique de Batoumi. Après, il va sans dire que, lorsque l’itinéraire passe à proximité, le chauffeur fait un arrêt aux lieux signalés. Si, chemin faisant, un désir non prévu ou un léger contretemps survenait, vous disposez pour y répondre des coordonnées de notre service de conciergerie sur place.

Itinéraire

Suggestion 100% personnalisable selon vos envies
JOUR 1

Vol pour Tbilissi

Transfert. Installation pour trois nuits au pied de la forteresse de Narikala. Les concepteurs de l’hôtel ont un peu partout laissé affleurer le rocher brut. La décoration du lobby en fait d’ailleurs une grotte moitié nature moitié artifice très réussie. Ils ont aussi réalisé un beau travail de métallerie. Les chambres ont un sympathique aspect moderne ; elles sont bien équipées et confortables. Framboise, paille, anis, myosotis, les couleurs concourent à l’agrément des lieux. La terrasse supérieure fait un excellent belvédère sur la ville historique, doublé d’un salon plein air. Le petit déjeuner se prend à la salle à manger, plein de fruits frais, de fromage et de bouchées appétissantes. A quelques centaines de mètres, le pont de la Paix sinue harmonieusement au-dessus du fleuve Koura.

JOUR 2

Tbilissi

Déjà prévu au programme - Tbilissi like a friend. Pendant une demi-journée, en compagnie d’un Géorgien francophone, vous explorez la ville au rythme de ses habitants. Rien de préconçu mais, rendez-vous pris, on exprime désirs et curiosités, intérêts et on esquisse ensemble la promenade (qui permet aussi de collecter bien des tuyaux utiles pour la suite). La ville d’ailleurs invite à la flânerie. Des balcons de bois aux couleurs patinées s’avancent au-dessus des chaussées. Synagogue, églises, mosquées, mais aussi cafés branchés jouent des coudes dans les vieux quartiers fleuris. Allant de soi, le cosmopolitisme est serein. Vous pouvez, par exemple, entrer dans la cathédrale orthodoxe de Sion, XIIe siècle, qui abrite une relique vénérée, la croix de sainte Nino de Géorgie ; monter à la forteresse, dont les remparts actuels datent des XVIe et XVIIe siècles, mais qui domine le fleuve Koura depuis le IVe ; fureter dans le quartier arménien, ou remonter l’emblématique avenue Roustavéli.

JOUR 3

Tbilissi

L’approche des monuments, des quartiers, de l’animation des rues, engage le voyageur à plus de participation. Pour répondre à ce désir légitime et, au fond, inévitable, nous pouvons organiser pour vous un cours privé de cuisine géorgienne, avec un chef - rentrer avec ce savoir-faire permettant d’épater ses amis et de raviver ses souvenirs. Ou une séance bain sulfureux / massage traditionnel à Abanotubani, dans le vieux Tbilissi. Résultat émollient garanti. Ou encore la visite des hauts de la ville et du panthéon de Mtatsminda, accessibles en funiculaire. Ou les trois. Vous pouvez aussi poursuivre en solo vos investigations. Le musée en plein air regroupe des bâtiments traditionnels provenant des quatre coins du pays ; L’entremetteuse, 1548, de Lucas Cranach l’Ancien et l’icône miraculeuse d’Antcha, XIIe siècle, se trouvent au musée d’art de Géorgie. Quant aux khinkali, les ravioles géorgiennes, ils se consomment comme les xiaolongbao de Shanghai : aspirer le jus qu’ils contiennent sans se brûler avant de les croquer.
En option - Journée privée en Kakhétie.

JOUR 4

Tbilissi - Batoumi

Transfert à la gare et train pour Batoumi, en 1ère classe. Installation pour deux nuits à courte distance du secteur balnéaire. L’hôtel, dont l’éclectisme se joue de la notion de style, affiche un décorum surprenant dans les parties communes : vastes volumes, couleurs pastel, sols luisants. Les chambres, plus sobres, bénéficient d’un niveau d’équipement tout à fait convenable. Sur le toit terrasse, on prend ses repas ou, simplement, l’air du soir. Les massifs de fleurs donnent du pimpant au jardin, et des odeurs suaves.

JOUR 5

Batoumi

La capitale de l’Adjarie a pour elle une situation favorable sur la mer Noire. Des anciens Grecs aux citoyens CCCP, on y a donc pris des bains iodés et mangé du poisson. Aujourd’hui, ça continue. Les Nouveaux Russes ne se font pas faute de profiter du littoral et d’un climat tiède. Pour les recevoir, le bâtiment qui, sans eux déjà, faisait preuve d’imagination, ne recule devant aucune audace : l’architecture canard fait florès. Le visiteur s’enchante d’en découvrir les manifestations les plus originales au cours de ses promenades.
Déjà prévu au programme - Voiture avec chauffeur pour le jardin botanique. Ce jardin inauguré en 1912 est une expression russe du grand mouvement européen d’acclimatation (colonisation ou exploration aidant, il s’agissait d’améliorer, par l’adoption d’espèces allogènes, les performances agricoles métropolitaines). Son fondateur, Andreï Krasnov, est d’ailleurs représentatif des voyageurs scientifiques de l’époque. Aujourd’hui, on y poursuit les recherches scientifiques, mais l’aspect ornemental et d’agrément a pris de l’importance, et il faut dire que l’endroit, au bord de la mer, se révèle singulièrement séduisant.

JOUR 6

Batoumi - Mestia

Prise de contact avec le chauffeur et route pour Mestia. Installation pour deux nuits sur la place principale, dans un hôtel à la façade plutôt traditionnelle. A l’intérieur cependant, un certain minimalisme prévaut ; sans aucune froideur, au contraire, le bois mettant partout une note chaude. Les chambres sont spacieuses et claires, très bien équipées ; salles de bain simples et nettes, design. Les qualités du modèle s’épanouissent à la salle à manger et au bar, tout à fait agréables l’une et l’autre. Dans la première, cuisine internationale pro ; dans le second, cocktails pointus. Certains soirs, petits concerts.

JOUR 7

Mestia

Les maisons-tours en pierre des Svanes, le peuple géorgien éponyme de la Svanétie, sont un motif caractéristique du paysage. D’origine médiévale, elles ont valu à la Haute-Svanétie son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco. Il y en a plusieurs à Mestia-même. Avec votre chauffeur, vous allez à travers un paysage spectaculaire de montagne - neiges éternelles au-delà de 3000 mètres - et de forêt - épicéa, sapin, hêtre, chêne, charme… - jusqu’aux villages de la localité d’Ouchgouli, l’un des plus hauts habitats permanents d’Europe, 2100 mètres, au pied de la muraille de Bezengui. L’isolement a servi de conservateur patrimonial et les tours se dressent là sans concessions inutiles à la modernité. En 1929, Mikhaïl Kalatozov - ou, de son nom géorgien, Mikheïl Kalatozichvili - futur réalisateur de Quand passent les cigognes, a réalisé ici un documentaire pionnier et d’une époustouflante beauté : Le sel de Svanétie.

JOUR 8

Mestia - Kutaïssi

Route pour Kutaïssi. Installation pour deux nuits dans le centre. L’hôtel donne du tonus à un immeuble bourgeois. Dedans, le mobilier contemporain se pare de pistache, de mauve, de pourpre sur des variations de gris. Votre chambre vous procure tout ce dont vous avez besoin, dans un style international sans bavure. Au restaurant-terrasse, la cuisine est d’inspiration nord-américaine, ce qui fait diversion. Et pourquoi pas ? se dit-on en regardant la ville à ses pieds. La Géorgie ne vit pas repliée sur ses traditions, elle profite de ce que la mondialisation peut apporter. On en fait l’expérience au passage.

JOUR 9

Kutaïssi

En suspens entre ruine et restauration, la cathédrale de Bagrati, construite au XIe siècle, donne une haute idée de l’architecture médiévale du pays. A une dizaine de kilomètres de Kutaïssi, le célèbre monastère de Ghélati, XIIe-XVIe siècles, conserve des peintures murales remarquables et témoigne, dans un cadre plein de chlorophylle, d’une histoire intellectuelle et spirituelle de haute volée : patrimoine mondial. Non loin, le monastère de Motsameta, construit sur l’à-pic d’un promontoire au-dessus du lit de la rivière Tskhaltsitélia, laisse bouche bée. Le site exprime comme peu d’autres le romantisme géorgien. Rien n’y manque, pas même la légende. Celle du martyr de deux frères dont les dépouilles auraient rougi l’eau de la rivière en contrebas, avant que des lions ne les recueillent et les déposent en un lieu de vénération. Fondé au VIIe siècle, le monastère se montre aujourd’hui sous la forme qu’il a acquise au XVIIIe.

JOUR 10

Koutaïssi - Stephantsminda

Route pour Stephantsminda, en passant par Mtskheta, ancienne capitale de l’Ibérie, et ville sainte géorgienne depuis 2014, qui suscite à plus d’un titre l’intérêt des voyageurs : par exemple, la cathédrale de Svétitskhovéli, XIe siècle, et ses fresques, ou l’église de Djvari, VIe-VIIe siècles, édifiée à l’endroit où sainte Nino aurait dressé la croix désormais relique de la cathédrale de Sion à Tbilissi. L’un et l’autre monument étant inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco.
Installation pour deux nuits dans un établissement contemporain, aménagé et décoré de façon classiquement hôtelière. Quelques touches caucasiennes, sans excès de folklore. Les chambres ont de beaux volumes et un équipement digne de ce nom. Elles sont nettes et confortables. Dans les parties communes, de grandes baies ouvrent largement la maison sur l'extérieur. Au restaurant, cuisine géorgienne et internationale pro. Le sauna vous invite à des suées régénératrices. Sur place, un caviste bien fourni en vins du pays.

JOUR 11

Stephantsminda

A partir de Stephantsminda, on peut randonner jusqu’à la petite église de la Trinité de Guerguéti, XIVe siècle, toute proche, dominée par la masse imposante et régulière du mont Kazbek. La balade fait 7 kilomètres environ, aller et retour. 430 mètres de dénivelé, ça grimpe un peu, mais le jeu en vaut la chandelle. Ceux qui ne se sentent pas de crapahuter peuvent y aller en voiture. Et puisqu’ils y sont, pousser plus avant dans ces paysages grandioses. Par l’ampleur, l’équilibre, la netteté, la densité, le Caucase est un massif à part, l’un des plus beaux au monde. Le parc national du Kazbek présente une grande variété floristique et une faune bien diversifiée. A la saison propice, il y a des fleurs un peu partout, comme le rhododendron du Caucase, la campanule à large feuilles, le géranium Herbe à Robert, pour n’en citer que trois. Et on observe fréquemment aux jumelles le vautour fauve, l’aigle royal, le chamois ou la chèvre du Caucase.

JOUR 12

Stephantsminda - Tbilissi

Route pour l’aéroport de Tbilissi. Vol retour.

A la carte

Journée privée en Kakhétie - Tbilissi

Avec un chauffeur et un guide francophone, virée dans l’est viticole. A Sighnaghi, vous visitez les remparts du XVIIIe siècle et le musée d’histoire et d’ethnographie, la vieille ville. A Telavi, chef-lieu de la région, initiation au vin géorgien. La tradition de la vigne est ici très ancienne ; on vinifie d’ailleurs encore souvent comme pendant l’Antiquité, dans des jarres de terre cuite, dites qvevri. Cette façon de faire a été inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco. On recense en Géorgie plus de cinq cents cépages, dont le fameux saperavi, qui donne des rouges solides et aromatiques, et les blancs mtsvane ou khatisteli. L’occasion vous est offerte, bien entendu, de déguster ces vins de qvevri qui intriguent tant les amateurs.
En option

Budget estimé

Selon saison, types d'hébergements et activités
Le budget estimé pour ce voyage est de 2800€ à 3500€/personne.

Parler de prix fixe lorsque l'on évoque un voyage sur mesure a peu de sens. En effet, celui-ci varie suivant de nombreux facteurs (niveau de prestations, période, délai de réservation et bien d'autres encore). Le seul prix exact sera celui de votre devis personnalisé.

Le prix moyen constaté pour ce voyage est de 3300€/personne.
  • Le vol direct aller et retour pour Tbilissi, sur compagnie régulière
  • Les taxes aériennes et surcharge carburant
  • La neutralité carbone intégrale par absorption des émissions de CO2 de votre voyage (par le biais de notre fondation Insolite Bâtisseur Philippe Romero)
  • L’accès au salon Air France à l’aéroport de Roissy (pour les départs de Paris)
  • Les transferts, privés
  • Le trajet en train Tbilissi / Batumi, 1ère classe
  • A Batumi, une voiture avec chauffeur pour 7 jours
  • Les 3 nuits à Tbilissi, en chambre double, avec petits déjeuners
  • Les 2 nuits à Batoumi, en chambre double, avec petits déjeuners
  • Les 2 nuits à Mestia, en chambre double, avec petits déjeuners
  • Les 2 nuits à Kutaïssi, en chambre double, avec petits déjeuners
  • Les 2 nuits à Stephantsminda, en chambre double, avec petits déjeuners
  • Tbilissi like a friend, avec un guide privé francophone
  • Batumi - voiture avec chauffeur pour le jardin botanique
  • Notre service conciergerie sur place
  • Le Wifi gratuit pendant votre voyage : un mini routeur international remis avant le départ, permettant de connecter jusqu’à 5 terminaux simultanément
  • Un service de navigation GPS accessible depuis l’application Voyageurs du Monde, chargé avec votre parcours, les coordonnées de vos hôtels et bonnes adresses
  • Réf: 1494321
    Nos experts à votre écoute
    Contactez nos conseillers specialistes pour créer votre voyage sur mesure
    Contactez un spécialiste de la Géorgie