Vous aimerez
  • D’Erevan à Tbilissi, vous enchanter des paysages et du dynamisme de deux pays méconnus
  • Vos chauffeurs privés sur des routes à grand spectacle, les sites classés à l'Unesco, le plus vieux vin du monde
  • Erevan à pied, monastères historiques d’Arménie, Tbilissi en ami : c’est déjà prévu !
  • Appli smartphone avec GPS, neutralité carbone intégrale, conciergerie : les plus Voyageurs

Contactez un spécialiste Arménie 01 83 64 79 26

Deux du Caucase

Entre mer Noire et mer Caspienne, il y a le Caucase. L’Arménie et la Géorgie, la première au sud de la seconde, se trouvent en Ciscaucasie, le Caucase méridional. L’axe Erevan / Tbilissi occupant le centre de cette région. Votre voyage est là. Il commence donc dans la capitale arménienne, Erevan, ville attachante, modernisée par le XXe siècle et mondialisée par le XXIe. L’importante diaspora arménienne lui donne des antennes partout : elle sait dans quel monde elle vit. Ensuite, vous partez à la découverte des monastères du sud, autour de Goris. Témoins et conservatoires de la culture nationale, ils sont indispensables à l’identité du pays et de ses habitants. Le lac Sevan tout autant. Et les forêts du parc national de Dilijan. Le
relief arménien présente partout des hauts et des bas spectaculaires, mais il se relève nettement vers le nord et la frontière géorgienne. Par là-bas, il en impose. En Géorgie, à l’approche du Haut-Caucase, c’est cependant de majesté dont il s’agit. On s’arrête à Telavi, en plein vignoble géorgien. Très ancien, il a conservé les manières antiques : vinification en jarres de terre cuite et cornes à boire. Quant à Tbilissi, elle détient sans doute la palme de la séduction caucasienne. Encore peu envahie, cosmopolite sans chichis, jolie comme tout, altière, intéressée par les dernières tendances, un petit miracle d’équilibre. On en ressent la nostalgie lorsqu’on la quitte. Et, pour être arméniens et géorgiens, les sites époustouflants à la rencontre desquels vous allez n’en sont pas moins aussi universels, l’Unesco en fait foi à répétition.

Votre voyage

Un chauffeur arménien en Arménie, un chauffeur géorgien en Géorgie, voilà les hommes qu’il vous faut. Sûrs et experts en chemins de traverse, ils vous assurent confort, tranquillité d’esprit et rayon d’action. Avec eux, vous allez non seulement où il faut, mais encore où vous voulez. Et la voiture est climatisée. Les hôtels que nous avons retenus vont vous faire la démonstration que les professionnels du secteur, dans ces deux pays, ont pris un vrai tournant qualité. Province ou capitale, on fait à son niveau ce qui s’impose pour que les voyageurs soient bien reçus. La table bénéficiant partout d’un soin particulier ; dans des contrées où l’on aime bien vivre, l’enjeu est d’importance. Des rendez-vous figurent d’ores et déjà à votre agenda : Erevan à pied, téléphérique pour le monastère de Tatev, Tbilissi like a friend. A Dilijan et Telavi, vous disposez pour la journée d’une voiture avec chauffeur. Lors des transferts, par des itinéraires ad hoc, des visites vous sont suggérées. Vous ajustez donc selon vos goûts. Une soirée jazz à Erevan vous plairait-elle ? Ou une virée dans le Haut-Caucase ? Il suffit de nous en parler. Si, chemin faisant, un désir non prévu ou un léger contretemps survenait, vous disposez pour y répondre des coordonnées de nos services de conciergerie sur place.

Itinéraire

Suggestion 100% personnalisable selon vos envies
JOUR 1

Vol pour Erevan

Transfert. Installation pour trois nuits dans le centre. Votre hôtel, qui articule avec vigueur monumentalité arménienne et design contemporain, ne manque pas d’allure. Volume ample et décoration épurée, le lobby donne le ton : urbain. Les chambres sont simplement mises ; l’intimité est fonctionnelle. Lorsque le temps le permet, on profite d’une agréable piscine extérieure. Le pouls de la maison bat cependant au restaurant. Un vif patriotisme gustatif, qui ressuscite les savoir-faire, actualise le cookbook et ouvre des voies d’avenir, promeut une cuisine nationale authentique et moderne.

JOUR 2

Erevan

Déjà prévu au programme - Erevan à pied, avec un guide francophone privé. La capitale étonne par son air moderne. Un ambitieux projet d’urbanisme engagé dans les années 1920 s’est conclu soixante ans plus tard par la Cascade, volée de gradins jardin encore soviétique mais qui devait faire office d’espace festif après le socialisme, avant de se voir convertie en centre d’art contemporain. Le pilote initial de cette entreprise de longue haleine s’appelait Alexandre Tamanian, 1878-1936, un architecte dont le style néo-arménien a profondément marqué la ville. Incluse au plan, la place de la République, autour de laquelle s’organise votre promenade. Esquissée en 1930, son aménagement a duré jusqu’en 1970. 2750 fontaines animent cinq grands bassins que bordent de nombreux estaminets. La mosquée Bleue fait un contrepoint XVIIIe à ces ensembles XXe.

JOUR 3

Erevan

Déjà prévu au programme - Visite d’Etchmiadzin, où réside le Patriarche suprême et catholicos de tous les Arméniens, à une vingtaine de kilomètres à l’ouest d’Erevan. Les plus anciennes églises de ce Saint-Siège caucasien datent des IVe, Ve et VIe siècles ; l’église Sourp Hripsimé (vierge martyre du IVe siècle) est un joyau de l’architecture arménienne du VIIe siècle. A Garni, dans la réserve de la forêt de Khosrov, on trouve de belles orgues basaltiques et un temple du dieu solaire Mithra (édifié par le roi d’Arménie Tiridate Ier au Ier siècle). Un peu à l’est, le monastère de Geghard a été bâti au XIIIe siècle sur un monastère rupestre (et scriptorium fameux) plus ancien.
En option - Soirée jazz au Mezzo.

JOUR 4

Erevan - Goris

Transfert en direction de Goris. En chemin, le petit clocher de l’église Sainte Mère de Dieu du monastère de Khor Virap semble un doigt pointé vers l’immense triangle blanc du mont Ararat, qui domine la région. Le couvent est établi sur une fosse qui aurait détenu treize ans le futur saint Grégoire l’Illuminateur, évangélisateur de l’Arménie, IIIe-IVe siècles. A Areni, on a retrouvé dans des jarres des pépins de raisin de 8000 ans, ce qui fait du village le berceau de la vinification. Un peu au sud, le monastère de Noravank, que l’on rejoint par un canyon étroit parcouru de vieilles Lada. Le cadre aride de montagne est époustouflant. Tout comme le sont les deux tympans de l’église Saint Jean le Précurseur, XIIIe siècle. Paysages splendides jusqu’à Goris, que dominent des cheminées de fées.
Nuit dans une maison du village, murs de pierre et bon esprit province. Votre chambre est toute simple et plaisante. L’atmosphère de l’hôtel dispose fort en faveur de l’accueil arménien. Les repas reflètent la générosité et la spontanéité qui signalent l’établissement. Aux beaux jours, le jardin invite à se relaxer doucement.
Déjà prévu au programme - Téléphérique pour le monastère de Tatev, une merveille construite entre le Xe et le XIIIe siècle et grand centre intellectuel de la fin du Moyen Age. Comme réalisation technique, le téléphérique est lui aussi remarquable : plus long système à va-et-vient du monde.

JOUR 5

Goris - Dilijan

Transfert à Dilijan, au nord du lac Sevan. D’abord, petit passage par Karahunj, dont ses mégalithes font le Carnac de l’Arménie. Le Sevan est l’un des plus grands lacs d’altitude de la planète et l’une des trois "mers" arméniennes, avec le Van et l’Ourmia. Romanciers et poètes ont chanté ces abords paisibles, ces monastères et le bleu intense d’un "bout de ciel tombé sur la terre". Au sud du lac, le caravansérail de Selim rappelle de façon saisissante le grand commerce du XIVe siècle. Sur la rive ouest, le cimetière de Noradouz conserve un grand nombre de khatchkars (stèles christologiques) médiévaux.
Installation pour deux nuits dans un hôtel dont la façade contemporaine cite l'architecture traditionnelle. A l'intérieur, une décoration plutôt éclectique, mais équilibrée. Des objets design, des éléments industriels jouxtent tapis caucasiens et sièges de cuir à l'anglaise. D'une pièce à l'autre, la tonalité varie : mauve, bleu, gris, vert, rouge. Les chambres ont une allure soignée ; elles sont très convenablement équipées, de la literie à la salle de bain. Au restaurant, saveurs arméniennes, ce qui marque toujours un engagement de la part du chef.

JOUR 6

Dilijan

Déjà prévu au programme - Une voiture avec chauffeur pour la journée. A Dilijan-même, de nombreuses constructions traditionnelles ont été restaurées ; l’une d’elles abrite désormais le musée d’art populaire. Combiné à un contexte vert - beaucoup de pins - ce caractère patrimonial donne un grand charme à la promenade. A quelques kilomètres au nord, on visite le monastère sylvestre d’Harghartsin, XIIe-XIIIe siècles, dont les trois églises sont dédiées à saint Grégoire, à saint Etienne et à la Vierge. Vous vous trouvez alors dans le périmètre du parc national de Dilijan. Sur les pentes, des forêts mêlées de chênes, hêtres, charmes, et aussi des pommiers, des prunelliers, des noyers. Lorsque les rhododendrons fleurissent, certains coins ravissent. Ces couverts nourrissent une faune encore abondante, mais discrète. On apercevra un chevreuil, des écureuils, avec un peu de veine un tétras lyre ou un tétraogalle de Perse, la silhouette dans le ciel d’un gypaète barbu, celle d’un aigle royal. Plus sûrement des insectes.

JOUR 7

Dilijan - Telavi

Transfert à la frontière géorgienne par la route "à la toison verte". Les monastères de Haghbat et de Sanahin se font face de part et d’autre d’un ravin. Ils datent tous les deux des Xe et XIIIe siècles. Le premier a offert l’asile au grand poète Sayat-Nova, 1712-1795, chassé de la cour du roi géorgien Irakli II. Dans le second, on sera attentif aux khatchkars et au joli matenadaran, la bibliothèque. Ensuite, formalités frontalières, entrée en Kakhétie et transfert à Telavi. Installation pour deux nuits au bord d'un lac privé. Dans un superbe cadre de montagne, de grands chalets accueillent sereins les voyageurs. Sans doute est-ce que les eaux calmes apaisent. Les chambres sont spacieuses, claires, modernes ; elles offrent des conditions de séjour tout à fait agréables. Plantureux, le buffet de cuisine géorgienne a choisi son camp : bio. Les vins du pays, lesquels sont d’ailleurs une affaire d’importance, s’apprécient au bar, ou sur l’une des terrasses. Trois bassins extérieurs recueillent les organismes à dénouer, pour nager vraiment ou simplement barboter. Un personnel compétent et aimable dessert un spa bien équipé.

JOUR 8

Telavi

Déjà prévu au programme - Une voiture avec chauffeur pour la journée. Virée dans la Géorgie viticole. La tradition de la vigne est ici très ancienne ; on vinifie d’ailleurs encore souvent comme pendant l’Antiquité, dans des jarres de terre cuite, dites qvevri. Cette façon de faire a été inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco. On recense en Géorgie plus de cinq cents cépages, dont le fameux saperavi, qui donne des rouges solides et aromatiques, et les blancs mtsvane ou khatisteli. L’occasion se présente, bien entendu, de déguster ces vins de qvevri qui intriguent tant les amateurs. A Telavi sûrement, une ville que distingue par ailleurs un bel héritage artistique. A Sighnaghi, vous visitez les remparts du XVIIIe siècle et le musée d’histoire et d’ethnographie, la vieille-ville aux balcons évocateurs de tout un art de vivre. A Tsinandali, vous faites la rencontre de l’impressionnante figure du prince Alexander Chavchavadze, hussard, poète et introducteur du romantisme français en Géorgie.

JOUR 9

Telavi - Tbilissi

Transfert à Tbilissi en passant par Mtskheta (ancienne capitale de l’Ibérie, et ville sainte géorgienne depuis 2014). Installation pour trois nuits au pied de la forteresse de Narikala. Les concepteurs de l’hôtel ont un peu partout laissé affleurer le rocher brut. La décoration du lobby en fait d’ailleurs une grotte moitié nature moitié artifice très réussie. Ils ont aussi réalisé un beau travail de métallerie. Les chambres ont un sympathique pimpant moderne ; elles sont bien équipées de confortables. Framboise, paille, anis, myosotis, les couleurs concourent à l’agrément des lieux. La terrasse supérieure fait un excellent belvédère sur la ville historique, doublé d’un salon plein air. Le petit déjeuner se prend à la salle à manger, plein de fruits frais, de fromage et de bouchées appétissantes. A quelques centaines de mètres, le pont de la Paix sinue harmonieusement au-dessus du fleuve Koura.
En option - Découverte du Haut-Caucase.

JOUR 10

Tbilissi

Déjà prévu au programme - Tbilissi like a friend. Pendant une demi-journée, en compagnie d’un Géorgien francophone, vous explorez la ville au rythme de ses habitants. Rien de préconçu mais, rendez-vous pris, on exprime désirs et curiosités, et on esquisse ensemble la promenade (qui permet aussi de collecter bien des tuyaux utiles pour la suite). La ville d’ailleurs invite à la flânerie. Des balcons de bois aux couleurs patinées s’avancent au-dessus des chaussées. Synagogues, églises, mosquées, mais aussi cafés branchés jouent des coudes dans les vieux quartiers fleuris. Allant de soi, le cosmopolitisme est serein. Vous pouvez, par exemple, entrer dans la cathédrale orthodoxe de Sion, XIIe siècle, qui abrite une relique vénérée, la croix de sainte Nino de Géorgie ; monter à la forteresse, dont les remparts actuels datent des XVIe et XVIIe siècles, mais qui domine le fleuve Koura depuis le IVe ; fureter dans le quartier arménien ou remonter l’emblématique avenue Roustavéli.

JOUR 11

Tbilissi

L’approche des monuments, des quartiers, de l’animation des rues, engage le voyageur à plus de participation. Pour répondre à ce désir légitime et, au fond, inévitable, nous pouvons organiser pour vous un cours privé de cuisine géorgienne, avec un chef - rentrer avec ce savoir-faire permettant d’épater ses amis et de raviver ses souvenirs. Ou une séance bain sulfureux / massage traditionnel à Abanotubani, dans le vieux Tbilissi. Résultat émollient garanti. Ou la visite des hauts de la ville et du panthéon de Mtatsminda, accessibles en funiculaire. Ou les trois. Vous pouvez aussi poursuivre en solo votre exploration. Le musée en plein air regroupe des bâtiments traditionnels provenant des quatre coins du pays ; L’entremetteuse, 1548, de Lucas Cranach l’Ancien et l’icône miraculeuse d’Antcha, XIIe siècle, se trouvent au musée d’art de Géorgie. Quant aux khinkali, les ravioles géorgiennes, ils se consomment comme les xiaolongbao de Shanghai : aspirer le jus qu’ils contiennent sans se brûler avant de les croquer.

JOUR 12

Tbilissi

Transfert à l’aéroport et vol retour.

A la carte

Soirée jazz au Mezzo - Erevan

Avec Tigran Hamasyan en tête de gondole, le jazz arménien se porte bien. Il peut compter sur un public fidèle et avisé. Pour les amateurs de chorus bien frappés et de soli déliés, le Mezzo est une adresse à Erevan. Vous y passez une soirée, repas de trois plats et concert. La programmation accueille une jolie palette de styles, avec une exigence : le groove.
En option - Soirée

Découverte du Haut-Caucase - Tbilissi

A partir de Tbilissi, avec un chauffeur, on s’en va à l’aventure dans des paysages grandioses. Par l’ampleur, l’équilibre, la netteté, la densité, le Caucase est un massif à part, l’un des plus beaux au monde. En plus de cette ivresse géomorphologique, on éprouve de belles émotions à visiter en chemin des sites que l’Unesco signale aux voyageurs avisés. Comme le monastère de Djvari, VIe-VIIe siècles, bâti sur un mont à la confluence de l’Aragvi et du Koura ; la cathédrale Svétitskhovéli, à Mtskheta, merveille du XIe siècle, ayant conservé d’admirables fresques anciennes ; la forteresse d’Ananouri, XVIIe siècle, clef de la Pchavie et de la Khevsourétie ; la petite église de la Trinité de Guerguéti, dominée par la masse imposante et régulière du mont Kazbek, 5047 mètres.
En option - Journée (uniquement de mai à octobre)

Budget estimé

Selon saison, types d'hébergements et activités
Le budget estimé pour ce voyage est de 3100€ à 3700€/personne.

Parler de prix fixe lorsque l'on évoque un voyage sur mesure a peu de sens. En effet, celui-ci varie suivant de nombreux facteurs (niveau de prestations, période, délai de réservation et bien d'autres encore). Le seul prix exact sera celui de votre devis personnalisé.

Le prix moyen constaté pour ce voyage est de 3200€/personne.
  • Le vol pour Erevan et retour de Tbilissi, sur compagnie régulière
  • Les taxes aériennes et surcharge carburant
  • La neutralité carbone intégrale par absorption des émissions de CO2 de votre voyage (par le biais de notre fondation Insolite Bâtisseur Philippe Romero)
  • L’accès au salon Air France à Roissy (pour les départs de Paris)
  • Les transferts, privés
  • A Dilijan, la mise à disposition pour une journée d’une voiture avec chauffeur
  • A Telavi, la mise à disposition pour une journée d’une voiture avec chauffeur
  • Les 3 nuits à Erevan, en chambre double, avec petits déjeuners
  • La nuit à Goris, en chambre double, avec petit déjeuner
  • Les 2 nuits à Dilijan, en chambre double, avec petits déjeuners
  • Les 2 nuits à Telavi, en chambre double, avec petits déjeuners
  • Les 3 nuits à Tbilissi, en chambre double, avec petits déjeuners
  • Erevan à pied, avec un guide francophone privé
  • Erevan - Garni, Geghard et Etchmiadzin, avec un guide francophone privé
  • Goris - un billet aller et retour pour le téléphérique du monastère de Tatev
  • Dilijan - une voiture avec chauffeur pour une journée
  • Telavi - une voiture avec chauffeur pour une journée
  • Tbilissi like a friend, avec un guide francophone privé
  • Nos services de conciergerie sur place
  • Un service de navigation GPS accessible depuis l’application Voyageurs du Monde, chargé avec votre parcours, les coordonnées de vos hôtels et bonnes adresses
  • Réf: 1533043
    Découvrez tous les services qui vous accompagnent pendant votre voyage.
    Nos experts à votre écoute
    Contactez nos conseillers specialistes pour créer votre voyage sur mesure