Situation

Quel que soit l´environnement dans lequel le voyageur se déplace, urbain ou naturel, il est de sa responsabilité de respecter l´endroit qu´il traverse. Voici quelques principes de base, applicables partout dans le monde. Un second paragraphe vous présente les problèmes environnementaux spécifiques au Kirghizstan. – Eviter de laisser certains déchets sur place et les rapporter avec soi si le pays ne dispose pas d´infrastructure d´élimination de ces déchets. Par exemple : piles et batteries, médicaments périmés, sacs plastique. – La rareté de l´eau est aujourd´hui un problème mondial. Même si le pays visité n´est pas a priori concerné par le manque, quelques réflexes doivent désormais faire partie du quotidien : préférer les douches aux bains, éviter le gaspillage, signaler les fuites éventuelles des robinets. – Dans la plupart des hôtels vous disposerez d´une climatisation individuelle. Il est vivement recommandé, pour éviter la surconsommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre afférentes, de la couper systématiquement lorsque vous n´êtes pas présent dans la chambre. La climatisation n´est d´ailleurs pas absolument nécessaire sous tous les climats. – En balade, dans certains écosystèmes fragiles, ne pas sortir des sentiers ou conduire hors-piste, limiter le piétinement et ne pas rapporter de « souvenir » : renoncer à cueillir des fleurs rares, à ramasser des fossiles ou des pétrifications, etc. Depuis 1991, des entreprises privées, profitant du retrait de l’Etat et d’un certain vide juridique, ont exploité la forêt kirghize sans aucun égard ni aux populations rurales, ni aux impératifs écologiques. Les grandes noiseraies de la vallée du Ferghana sont désormais très dégradées. Cette situation a toutefois provoqué des réactions positives, dont celle de la Suisse, qui finance depuis 1995 un important programme de préservation et de reforestation. Les autorités kirghizes sont partie prenante dans ce projet, qui vise non seulement la conservation du patrimoine, mais également une exploitation durable et communautaire des richesses forestières. Il faut pour cela mettre en place un cadre légal, des moyens techniques renouvelés et convaincre les différents acteurs économiques de l’intérêt d’une démarche à long terme. Si tout n’est pas encore acquis, de nombreuses initiatives locales semblent marquer une réelle prise de conscience de l’importance des conditions écologiques du développement.

Utile

Mieux comprendre Le Kirghizistan

Contactez un spécialiste du Kirghizistan