Situation

Quel que soit l’environnement dans lequel le voyageur se déplace, urbain ou plus naturel, il est de sa responsabilité de respecter l’endroit qu’il traverse. Voici quelques principes de base, applicables partout dans le monde. Un second paragraphe vous présente le cas échéant les problèmes environnementaux spécifiques au pays concerné. - Eviter de laisser certains déchets sur place et les rapporter avec soi si le pays ne dispose pas d’infrastructure d’élimination des déchets. Par exemple : les piles et batteries, les médicaments périmés, les sacs plastiques. - La rareté de l’eau est aujourd’hui un problème mondial. Même si le pays visité n’est pas a priori concerné par le manque, quelques réflexes doivent désormais faire partie du quotidien : préférer les douches aux bains, éviter le gaspillage, signaler les fuites éventuelles des robinets. - Dans la plupart des hôtels vous disposerez d’une climatisation individuelle. Il est vivement recommandé pour éviter la surconsommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre afférentes, de la couper systématiquement lorsque vous n’êtes pas présents dans la chambre. La climatisation n’est d’ailleurs pas forcément absolument nécessaire sous tous les climats. - En balade, dans certains écosystèmes fragiles, ne pas sortir des sentiers ou conduire hors-piste, limiter le piétinement et ne pas rapporter de « souvenir » : cueillir des fleurs rares, ramasser des fossiles ou des pétrifications, etc. L’environnement a commencé à être pris au sérieux à partir des années 1950, suite à d´importantes dégradations environnementales et à la surexploitation des ressources naturelles. Le ministère iranien de l’environnement a vu le jour en 1971 ; depuis plusieurs bureaux ont été crées, tel que le bureau national des changements climatiques qui a pour charge de proposer des stratégies ou des projets afin de contrer le changement climatique. La pollution de l’air est un problème très important en Iran. Les habitants prennent facilement la voiture, l'essence étant bon marché et les normes anti-pollution flexibles. En revanche, les véhicules sont progressivement équipés de systèmes hybrides gaz-essence qui devraient contribuer à améliorer la situation. Plusieurs espaces sont devenus zones protégées, on trouve plusieurs parcs nationaux, refuges de vie sauvage, zones protégées et monuments naturels nationaux. Plusieurs espèces endémiques habitent encore le pays, comme le tétraogalle de Perse ou le daim de Perse. Elles sont cependant rares et menacées. De même l’Iran a signé plusieurs conventions et protocoles en faveur de l’environnement : - la convention de Ramsar : traité international pour la conservation et l’utilisation durable des zones humides visant à stopper la dégradation et la perte de zones humides. - la convention pour la protection du patrimoine mondial : le but est de répertorier et protéger les nombreux sites culturels et naturels qui font parti de l’héritage commun de l’humanité. - la convention sur la diversité biologique : l’objectif est de développer des stratégies nationales pour la conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique. - La convention pour la protection de la couche d’ozone : accord international visant à éliminer complètement les substances qui appauvrissent la couche d’ozone.